De nombreuses cérémonies commémoratives ont été organisées vendredi 25 septembre en France, pour rendre hommage aux Harkis. L’une de ces manifestations a eu lieu au cimetière de Valence, dans le carré militaire. Un hommage y a été rendu aux Algériens qui ont choisi de servir la France, indique le média français Le Dauphiné.

Selon la même source, à l’occasion de la Journée nationale d'hommage aux Harkis, célébrée chaque 25 septembre, le préfet de Valence a rappelé que du temps de la guerre d’Algérie (1954 -1962), « les Harkis, supplétifs de l’Armée française, ont fait le choix de servir la France. Après l’indépendance en 1962, certains ont pu regagner la France, d’autres sont restés, livrés aux exactions, abandonnés par la France à un sort tragique. Pour eux et leurs descendants, la plaie reste ouverte. Depuis, la France a reconnu avoir manqué à son devoir et des commémorations, des stèles rendent hommage aux Harkis ».

Chaque année, la France organise des cérémonies en l'honneur des Algériens qui se sont battus aux côtés de la France durant la guerre d’Algérie. L’engagement des Harkis dans les forces armées françaises remonte à la colonisation de l’Algérie, en 1830, lorsque des tribus autochtones ont prêté allégeance à la France. Les régiments de supplétifs se sont illustrés dans la plupart des campagnes militaires de 1850 à 1914. Date à partir de laquelle ils se sont mobilisés dans les troupes de l’Armée d’Afrique. A ce titre, les Harkis figurent parmi les plus décorés de l’armée française.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

A rappeler que le mot « Harki » est dérivé du mot arabe « haraka » qui veut dire « mouvement ». Harki désigne par extension une partie des supplétifs engagés dans l’armée française durant la guerre d’Algérie sans avoir le statut de militaire.

Lire aussi : Guerre d’Algérie : Nouvelles révélations sur le rôle des services secrets français