Le Dr Mohammed Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique, s’est exprimé de nouveau sur la date de la réouverture des frontières de l’Algérie. Lors de son passage sur le plateau de la chaîne El Bilad TV, dans la soirée du 27 septembre, le scientifique a indiqué que les frontières de l’Algérie risquaient de rester fermées « encore pour longtemps ». À l’heure actuelle, « il n’est pas possible de se prononcer sur la date d’ouverture des frontières algériennes », a-t-il révélé.

En effet, le président du Conseil de l’ordre des médecins et membre du Comité scientifique, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, estime qu’« on ne peut avancer aucune échéance pour le moment. Les frontières peuvent rester fermées encore pour un mois, ou encore pour longtemps. On ne peut pas avancer de date à l’heure actuelle ».

Répondant à une question sur la poursuite des vols spéciaux d’Air Algérie pour le rapatriement des ressortissants bloqués à l’étranger, le Dr Bekkat Berkani précise « qu’il est possible de faire des exceptions pour certains cas comme on a pu le voir récemment, mais on ne peut pas rouvrir les frontières pour tout le monde. Notre priorité c’est la préservation de la santé publique ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Pour rappel, le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a assuré la semaine dernière que la réouverture immédiate des frontières de l’Algérie était catégoriquement écartée. Il explique que la responsabilité des autorités algériennes « est de préserver la santé de tous les Algériens ».

De son côté, Djamel Fourar, porte-parole du Comité scientifique en charge de la lutte contre la propagation du coronavirus, a aussi écarté la possibilité de l’ouverture de l’espace aérien de l’Algérie, vu la recrudescence de l’épidémie dans certains pays, notamment européens.

À ce propos, Djamel Fourar a rappelé qu’« en mars dernier, 90 % des cas de Covid-19 enregistrés en Algérie étaient des cas importés de France ». De ce fait, il estime que l’Algérie « ne peut pas ouvrir le transport aérien alors que la situation sanitaire n’est pas stable » dans ces pays.