Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, s’est exprimé, jeudi 1er octobre, sur la reprise de la prière du vendredi. Cette décision, selon le ministre, est toujours tributaire de l’évolution de la situation sanitaire.

Lors d’une conférence de presse tenue en marge de sa visite jeudi dans la wilaya de Biskra, le ministre des Affaires religieuses a affirmé que la réouverture totale des mosquées et la reprise de la prière collective du vendredi étaient des « préoccupations comme d’autres préoccupations, telles que la réouverture des écoles ou la réouverture de l’espace aérien ». Le ministre explique que cette décision reste « dépendante » des recommandations du Comité scientifique ainsi que de « l’engagement du citoyen à respecter les mesures préventives ».

A l'occasion, le ministre des Affaires religieuses a souligné que le discours religieux en Algérie était « positif et inclusif » Il considère que ce discours s’inscrit dans la lignée de ce qui se passe dans les pays. « C'est un discours progressiste qui a pu unir tous les courants, notamment en cette période de crise sanitaire », estime-t-il.

Pour rappel, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait instruit, en août dernier, le Premier ministre Abdelaziz Djerad de procéder à la réouverture progressive des mosquées et des plages. Cependant, les spécialistes de la santé étaient défavorables à l’ouverture des lieux de culte. Ils avaient rappelé que ce genre de décision devait revenir au Comité scientifique, qui surveille l’évolution de la pandémie de coronavirus dans le pays.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Lire aussi : Algérie: Un imam arrêté après avoir organisé la prière du vendredi (vidéo)