La date de la réouverture des frontières et de la reprise des vols internationaux fait encore débat en Algérie. Selon le Pr Riyad Mahyaoui, membre du Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution du coronavirus, la réouverture des aéroports et la levée des restrictions sur les voyages ne sont pas « encore envisagées ».

Le Pr Riyad Mahyaoui, qui s’est exprimé ce vendredi 2 octobre sur les ondes de la Radio nationale, indique que son comité « craint l’apparition d’une deuxième vague du virus en Algérie. Notamment avec ce qui se passe actuellement dans les pays voisins en Europe ».

Le scientifique estime qu’« actuellement, la réouverture des aéroports n’est pas envisagée. Car la situation sanitaire dans les pays étrangers n’est pas rassurante, surtout que le premier cas de contamination enregistré en Algérie provenait de l’étranger ».

Concernant la date de la rentrée sociale, de la réouverture des mosquées et de la reprise des liaisons internationales, le membre du Comité scientifique explique que cette « décision difficile » est du seul ressort du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Il souligne que sa commission présente « périodiquement et quotidiennement » des rapports sur la situation épidémiologique dans le pays. Le Pr Riyad Mahyaoui soutient, donc, le maintien des frontières fermées, à cause de la situation sanitaire qui s’est dégradée dans les pays voisins et en Europe.

À lire aussi :  Le calvaire des demandeurs de titre de séjour en Seine-Saint-Denis

La réouverture des frontières n’est pas encore envisagée

Il faut dire que les hautes autorités du pays et les membres du Comité scientifique sont unanimes à dire que le moment n’est pas encore venu pour la reprise des liaisons aériennes et maritimes avec les autres pays. Et ce malgré les appels incessants des ressortissants algériens encore bloqués à l’étranger.

Pour rappel, le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, avait assuré, la semaine dernière, que la réouverture immédiate des frontières de l’Algérie était catégoriquement écartée. Il avait expliqué que la responsabilité des autorités algériennes  était « de préserver la santé de tous les Algériens ».

De son côté aussi, Djamel Fourar, porte-parole du Comité scientifique en charge de la lutte contre la propagation du coronavirus, a écarté l'imminence de la réouverture de l’espace aérien de l’Algérie, vu la recrudescence de l’épidémie dans certains pays, notamment européens. À ce propos, Djamel Fourar a rappelé qu’« en mars dernier, 90 % des cas de Covid-19 enregistrés en Algérie étaient des cas importés de France ». De ce fait, il estime que l’Algérie « ne peut pas ouvrir le transport aérien alors que la situation sanitaire n’est pas stable » dans ces pays.