Reprise des vols de rapatriement vers l'Algérie : Le comité scientifique saisi

Un député de la diaspora a saisi le Comité scientifique de suivi du coronavirus au sujet de la reprise des vols de rapatriement. Il s'agit de Samir Chaâbna, qui a interpellé Mohamed Bekkat Berkani, membre de ce comité, avec lequel il dit s'être entretenu au téléphone. 

« J’ai appelé aujourd’hui (ndlr, dimanche 4 octobre) le président du Conseil de l’ordre des médecins et membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution du coronavirus en Algérie, le docteur Bekkat Berkani. Je lui ai fait part des souffrances de la communauté à cause de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes », a rapporté le député dimanche 4 octobre sur sa page Facebook.

Dans cette même publication, Samir Chaâbna a indiqué qu'il avait informé son interlocuteur sur les préoccupations des émigrés algériens qui demandent « de prévoir des vols de rapatriement pour les malades et des cas humanitaires ».

Société À Rouen, une soirée « les étrangers dehors » suscite la polémique

Vers une autre opération de rapatriement ?

Le député de l’émigration pour la zone 2 (Marseille, France) souligne que le professeur lui avait promis « d'évoquer le sujet des vols de rapatriement lors de la prochaine réunion du comité scientifique ». Le docteur Bekkat Berkani a également assuré au député qu'il informerait le président de la République sur « cette préoccupation légitime ».

En outre, le professeur a affirmé, selon la déclaration de Chaâbna, qu'il ferait de son mieux, lui et ses collègues du comité scientifique, pour trouver une solution adéquate à cette situation dans les plus brefs délais. En clair, une autre opération de rapatriement des Algériens bloqués à l'étranger, notamment en France, n'est pas à écarter.

L'ouverture des frontières ne s'annonce pas pour demain

L'ouverture des frontières ne s'annonce d'ailleurs pas pour demain. Les hautes autorités du pays et les spécialistes, dont les membres du comité scientifique, s'y opposent farouchement, craignant une seconde vague de la pandémie en Algérie.

Pour rappel, les frontières algériennes sont fermées depuis le mois de mars dernier. Plusieurs opérations de rapatriement des Algériens bloqués à l'étranger ont été organisées depuis. Celles-ci se sont cependant avérées insuffisantes.

Société L'Algérie recrute des enseignants d'arabe qui vont exercer en France

Lire aussi : Réouverture des frontières en Algérie : Le risque d’une deuxième vague compromet la décision


Vous aimez cet article ? Partagez !