Le premier site Internet algérien dédié exclusivement au recensement des féminicides voit le jour. Derrière cette initiative, deux militantes féministes algériennes qui ont constitué un groupe de travail afin de recenser les crimes misogynes. Ce site web, baptisée « Féminicides-dz », donne la définition du mot féminicide et offre la possibilité de faire des signalements tout en gardant l’anonymat.

« Nous sommes deux militantes féministes algériennes, réunies par la nécessité d’alerter la société et les institutions face aux féminicides dans notre société et leur banalisation », font savoir les créatrices du site, en l'occurrence Narimene Mouaci Bahi et Wiame Awres. Ces deux femmes ont monté une équipe pour le recensement, mais aussi la dénonciation des crimes dont sont victimes les femmes en Algérie.

Elles expliquent qu'il s'agit d'une « veille permanente de l’actualité nationale relative aux meurtres et assassinats de femmes et de filles, parce qu’elles sont femmes et filles ». Les deux féministes font remarquer que « ces féminicides ne viennent pas de nulle part. C’est le résultat, selon elles, d’une violence sociale et institutionnelle banalisée, voire encouragée et entretenue ».

Les deux militantes engagées dans cette lutte incessante contre les crimes et les violences misogynes ont pris le soin de définir « féminicide », un néologisme souvent mal interprété : « Le mot féminicide est composé des mots "féminin" et "cide" signifiant tuer. Dans la définition avancée par l'ONU, un féminicide est l’assassinat d’une femme parce que femme, c’est-à-dire l’assassinat d’une femme pour sa condition de femme », expliquent-elles.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Qu’est-ce qu’un féminicide ?

Elles indiquent que « la question des féminicides est une question mondiale qui concerne les pays du monde entier, dont l’Algérie. Selon une étude faite par l’ONU en 2019, 87 000 femmes ont été assassinées dans le monde, dont 58% d’entre elles ont été tuées par un partenaire intime ou un membre de leur famille ». Cependant, tiennent-elles à préciser « le chiffre réel est plus élevé étant donné que beaucoup d’Etats ne considèrent pas les féminicides en tant que tels ».

A noter que les deux militantes féministes ont mis en place, via le même site (Féminicides-dz), un dispositif permettant aux citoyens de signaler des cas de féminicide tout en gardant leur anonymat. « Afin de pouvoir recenser les féminicides et de récolter le maximum d’informations nous avons mis en place ce formulaire qui vous permettra de nous transmettre en toute sécurité et anonymat les cas que vous souhaitez notifier ».

Lire aussi : Féminicide en Algérie : Une femme retrouvée morte dans une forêt