Appel à un cabinet d'avocat étranger : La sœur des frères Kouninef dément

L'information faisant état de l'appel fait par Souad Kouninef, la sœur des oligarques emprisonnés en Algérie, à un cabinet d'avocat américain pour faire face à la justice algérienne, a fait réagir la concernée par le biais d'un encart publicitaire publié dans la presse algérienne. Elle a apporté un démenti catégorique à cette information, mais pas seulement.

En effet, selon Souad Kouninef, qui a été condamnée par contumace à 20 ans de prison ferme, le 23 septembre 2020, le jour où ses trois frères ont été condamnés à 16, 15 et 12 ans de prison,  il n'a jamais été question pour elle d'engager un cabinet étranger.

"Je tiens à démentir catégoriquement les affirmations contenues dans ces divers écrits. Je n'ai, à aucun moment, envisagé de faire appel à un cabinet étranger (américain ou autre) pour me défendre ou faire valoir mes droits en Algérie", a indiqué Souad Kouninef, précisant qu'elle n'a pas "l'intention de politiser une affaire judiciaire au seul motif de ma bi-nationalité (algéro-suisse)".

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

"Des pressions étrangères contre mon pays..."

En fait, la sœur des Kouninef, propriétaires du groupe KouGC, semble avoir été particulièrement touchée par un aspect de cette information, notamment celui qui lui prête l'intention de "riposter contre la justice algérienne". Et ce, "dans le but de faire exercer des pressions étrangères et/ou politiques contre mon propre pays", a-t-elle souligné, faisant valoir l'appartenance de sa famille à la famille révolutionnaire.

"Cette affirmation, au-delà du fait qu'elle soit complètement fausse, est une négation des valeurs qui nous ont été léguées par notre défunt père qui a consacré sa vie à l'Algérie. D'autant plus que mon grand-père, qui fut membre de Djamaiat El Oulema El Mouslimine, avait fondé la première médersa de l'association dans la ville de Mohammadia (ex-Perregaux) dans la wilaya de Mascara où il est mort en Chahid", a déclaré Souad Kouninef.

Les frères Kouninef confient leur sort à la justice de leur pays

Pour Souad Kouninef, "le respect absolu de ces principes, transmis dans notre famille depuis des générations, se matérialise durant cette difficile épreuve par la décision de mes frères de confier leur sort à la justice de notre pays et qui n'ont, à aucun moment, sollicité le concours juridique du pays de la nationalité transmise par notre mère".

Pour rappel, le tribunal de Sidi M'hamed à Alger a condamné mercredi 23 septembre les trois frères Kouninef, en l'occurrence Reda, Tarek et Karim, à 16, 15 et 12 ans de prison ferme. Considérée comme étant en fuite à l'étranger, leur sœur Souad écopera de 20 ans de prison ferme. La fratrie est poursuivie pour plusieurs chefs d'accusation, notamment blanchiment d’argent, violation de la réglementation des changes et des marchés publics, trafic d’influence, incitation d’agent public pour l’obtention d’indus avantages et financement occulte d’un parti.

Société Polémique au Maroc sur le statut de la langue amazighe

Lire aussi : Procès des frères Kouninef : De grosses sommes pour des sociétés inactives


Vous aimez cet article ? Partagez !