Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian va entamer jeudi 15 octobre une visite de travail en Algérie. L'occasion pour le chef de la diplomatie française de discuter sur les relations bilatérales entre la France et l'Algérie, mais aussi des crises régionales au Mali et en Libye, rapporte ce mercredi 14 octobre l'agence de presse française (AFP).

Sept mois après sa dernière visite en Algérie, Jean-Yves Le Drian se rendra de nouveau jeudi à Alger. Le programme du diplomate français n'a pas été communiqué. Mais il est très probable qu'il rencontre le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad et le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum, comme ce fut le cas en mars dernier.

Les relations algéro-françaises seront au menu des représentants des deux pays. Des relations qui ont connu certaines « turbulences », notamment suite à la diffusion de documentaires sur le mouvement populaire en Algérie "Hirak" par les chaines de la télévision française

Selon l'AFP, la rencontre sera également l'occasion pour discuter à propos des dossiers du Mali et de la Libye. Le Drian avait d'ailleurs déclaré le 7 octobre dernier à l’Assemblée nationale que la France a « des canaux de discussion historiques » sur la question libyenne. Le chef de la diplomatie française a indiqué qu'il pensait «  à la Tunisie, l’Algérie, l’Égypte, le Tchad et le Niger, le Soudan un petit peu pour pouvoir organiser une rencontre des voisins de la Libye qui accompagnerait le processus dit processus de Berlin », avait-il révélé.

L'Algérie veut de la stabilité à ses frontières

L’Algérie qui craint les risques d’instabilité à ses frontières, s’efforce de trouver des solutions aux conflits régionaux et a réitéré sa disponibilité à œuvrer pour la paix au Mali et en Libye. C'est ce qu'a d'ailleurs affirmé, samedi dernier, le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune au siège du MDN.

Pour le chef d'Etat algérien, « l’Algérie, avec sa position stratégique et son poids régional, poursuit ses efforts permanents pour aider les frères en Libye à trouver de bonnes solutions politiques qui passent, impérativement, par l’organisation d’élections débouchant sur des institutions souveraines, loin des ingérences et des conflits internationaux qui ne feront qu’aggraver la situation dans la région ».

S’agissant du Mali, Abdelmadjid Tebboune a déclaré que «l’Algérie suit de près les développements de la situation sécuritaire et politique dans ce pays frère dont nous considérons la stabilité comme un appui à notre sécurité stratégique et nationale ».

Lire aussi : Relations entre l’Algérie et la France : Abdelmadjid Tebboune s’exprime