Le technicien algérien Djamel Menad a fait une révélation étonnante sur le projet de Rabah Madjer en équipe d’Algérie du temps où il était sélectionneur. L’ex-entraîneur adjoint des Fennecs a confié que Madjer voulait exclure de l’équipe nationale les joueurs professionnels et les binationaux évoluant dans les championnats étrangers.

Lors d’une conférence de presse animée en marge de sa nomination à tête de la barre technique de l’USM Harrach, Djamel Menad a révélé que l’ex-sélectionneur national avait un projet surprenant en tête : construire une équipe nationale avec uniquement les joueurs actifs dans le championnat algérien.

Rabah Madjer envisageait, donc, d’exclure les joueurs professionnels qui évoluaient dans les plus différents championnats du monde, selon l'ancien avant-centre de la JS Kabylie. Le champion d’Afrique 90 a indiqué qu’il avait tenté de convaincre Madjer qu’il était impossible de former une sélection nationale avec 100% de joueurs locaux, en écartant les joueurs professionnels formés à l’étranger.

Pour rappel, l’ancienne gloire du football algérien avait été engagée par la FAF en octobre 2017, pour remettre l’équipe nationale sur les rails après une élimination de la course au Mondial-2018, en Russie. Il a finalement été limogé huit mois seulement après sa nomination.

Sous la houlette de Madjer, l’Algérie avait enregistré quatre victoires, dont une sur tapis vert face au Nigeria (1-1, puis 3-0) en clôture des qualifications du Mondial-2018. Mais le passage de Rabah Madjer n’a pas été marqué uniquement par des échecs sur le plan technique. L'ex-sélectionneur a totalement failli sur le plan relationnel également. Le technicien est allé jusqu’à bouder la presse, histoire de contester ce qu’il avait qualifié de « cabale » contre sa personne.

À lire aussi :  Entre l'Algérie et la France, Yacine Adli a tranché

En juillet dernier, l’ancien sélectionneur de l’équipe d’Algérie avait déclaré que le sacre africain gagné en Egypte par les poulains de Belmadi était le fruit d’un travail de longue haleine. Pour lui, le mérite revient à l’ensemble des entraîneurs qui se sont succédé à la tête des Verts avant Djamel Belmadi. Ce dernier n’a fait, selon Madjer, que compléter le boulot.