Le gouvernement a fixé les prix de cession des biens des Offices de promotion et de gestion immobilière (OPGI) en Algérie. La valeur de ces biens (logements sociaux et autres) a été déterminé sur la base d'au moins deux critères, à savoir la date d'attribution et la localisation géographique.

Selon le dernier journal officiel, le prix de ces biens est calculé sur la base du prix de base avec des coefficients relatifs à leur catégorie et leur situation géographique. Des catégories, au nombre de six, fixées selon des coefficients liés à la localisation, allant de 0.5 à 2 points.

Aussi, une circulaire ministérielle détermine aussi un système de zonage au niveau des communes qui doit être pris en compte dans le calcul de la valeur des biens immobiliers appartenant à l'OPGI. Ce système compte cinq zones allant du quartier de luxe à la zone très reculée, en passant par le centre-ville, le quartier limitrophe du centre-ville et la banlieue.

84 millions pour un logement de 70 m2

Enfin, et concernant les logements, notamment sociaux, que les OPGI devraient céder à leurs occupants, les prix sont fixés, selon la date de leur attribution. Selon les données fournies dans le dernier journal officiel, le logement attribué en Algérie avant l'année 2004 coûtera 12 000 dinars le mètre carré.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Pour ce qui des logements attribués entre 2004 et 2009, l'OPGI les cédera à 20 000 dinars le mètre carré alors qu'elle réclamera 25 000 dinars pour le mètre carré, pour les logements attribués entre 2010 et 2014. Pour ce qui des logements attribués de 2015 à nos jours, l'organisme concerné les cédera à 30 000 dinars pour le mètre carré.

Donc, pour illustrer cette histoire de cession, un occupant d'un logement de 70 mètres carré attribué avant 2004, devra débourser la somme de 84 millions de centimes pour devenir définitivement propriétaire de son logement. Il devra débourser 140 millions de centimes s'il lui a été attribué entre 2004 et 2009 alors qu'il devra payer à l'OPGI la somme de 175 millions de centimes pour son logement attribué entre 2010 et 2015. Pour un logement occupé après l'année 2015, il devra payer 210 millions de centimes pour devenir propriétaire définitif et avoir le droit d'en disposer comme il veut.

Lire aussi : Algérie : La diaspora bénéficie d’un nouveau quota de logements promotionnels