Les Algériens devront s’acquitter, à partir de l'année prochaine, d'une taxe concernant les véhicules pour se rendre en Tunisie, a indiqué le journal arabophone Echorouk lundi 19 octobre. Cette taxe entrera en vigueur à partir de l'année 2021. 

En effet, les autorités algériennes ont décidé d'imposer une taxe aux Algériens désirant entrer sur le territoire tunisien. Selon le média arabophone, cette taxe entrera en vigueur dès l'année 2021. Son montant va de 2 500 à 10 000 dinars, suivant la catégorie des véhicules.

Par exemple, la taxe pour une voiture touristique est fixée à 2 500 dinars. Les propriétaires des véhicules utilitaires et les camions pesant 10 tonnes ou moins devront s'acquitter, quant à eux, de 3 000 dinars pour pouvoir accéder en Tunisie avec leurs véhicules. La taxe de 10 000 dinars concerne les camions de plus de 10 tonnes, détaille le journal arabophone.

Coup dur pour la Tunisie ?

Cette mesure risque de faire des mécontents parmi les touristes algériens, qui sont des centaines à se rendre en Tunisie chaque année. Cette disposition n'est pas non plus censée réjouir les autorités tunisiennes, bien qu'elles ne soient pas en droit de la contester.

En effet, cette taxe, qui permettra une entrée d'argent au Trésor algérien, pourra impacter négativement le tourisme tunisien, qui constitue le secteur le plus névralgique de l'économie de ce pays. Le caractère dissuasif de la taxe risque de réduire les flux des touristes algériens vers la Tunisie, qui encaissera alors un sacré coup.

Il faut savoir que l’Algérie est l’un des pays qui fournissent le plus de visiteurs à la Tunisie. "Le marché algérien est l’un des marchés stratégiques pour le tourisme tunisien”, avait d'ailleurs reconnu le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Ali Toumi, au mois de mai dernier.