Une école primaire a été fermée à cause du coronavirus dans la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie. Il s'agit de l'établissement Kaci Chaouch, situé dans la cité Tizi-Bouchene, dans la commune de Azazga, à une quarantaine de kilomètres à l'est de la ville des Genêts. 

La décision de fermeture a été prise après la détection de quatre contaminations au Covid-19 parmi le personnel de l'établissement. C'est ce qu'a rapporté, ce lundi 26 octobre, la radio locale, citant l'EPSP de Azazga. Les quatre sujets ont été soumis à des tests sérologiques qui ont révélé leur infection par le coronavirus, précise la même source.

La deuxième école fermée en l'espace de deux jours

Il faut rappeler que c'est la deuxième école primaire qui ferme ses portes à cause du coronavirus en Kabylie, depuis la reprise des cours, intervenue mercredi. En effet, dimanche 25 octobre, l’établissement scolaire du village Tazrouts, relevant de la commune d’Ath Bouyoucef, située dans la daïra de Aïn El Hammam, a connu le même sort.

Cette mesure préventive a été prise « en raison des cas de Covid-19 enregistrés au niveau du village Tazrouts », a expliqué le maire de la commune sur les ondes de la radio Tizi Ouzou.  Un autre établissement a été touché par la pandémie en Kabylie. Il s'agit l’école primaire Ahmed Bakour de la localité de Zemmouri, dans la wilaya de Boumerdes où des cas suspects ont été enregistrés au premier jour de la rentrée scolaire. La directrice de cet établissement aurait été contaminée par le coronavirus.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

L’inquiétude monte chez les parents d'élèves

La direction de l’éducation, en collaboration avec celle de la santé de la wilaya de Boumerdes, avait d'ailleurs dépêché une commission sur les lieux pour examiner les travailleurs. Les enseignants, les agents et autres travailleurs de l’établissement avaient été invités à se déplacer à l’hôpital pour subir les analyses nécessaires. Cette situation provoque l'inquiétude des parents d'élèves et de la famille éducative qui se demandent si la reprise des cours en ce contexte sanitaire délicat était une bonne idée.