Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a fait savoir que des Algériens radicalisés avaient été expulsés de France. Invité ce vendredi 30 octobre sur RTL, le ministre rappelé le haut niveau de menace terroriste auquel fait face l'Hexagone. 

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé, au micro de RTL, l’expulsion de quatorze étrangers radicalisés, dont des Algériens. « Nous sommes en guerre », a estimé le ministre, ajoutant que « l’ennemi intérieur et extérieur » de la France est « l’idéologie islamiste ».

Les quatorze personnes expulsées depuis « fin septembre » étaient inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Quatre d'entre elles sont de nationalité tunisienne. Les autres sont originaires de Russie, d'Algérie, d'Irak, de Géorgie, du Bangladesh et du Maroc. En outre, 18 expulsions supplémentaires sont prévues dans les prochains jours.

Par ailleurs, Gérald Darmanin, qui souligné la nécessité de se montrer « très durs contre les étrangers radicalisés », a dénoncé les responsables qui attisent le chaos en France. Il pointe du doigt « les appels à la haine extrêmement forts de dirigeants de pays étrangers », notamment les propos « scandaleux du président Edogan ».

Lors de sa sortie médiatique d'aujourd'hui, le même ministre de l'Intérieur a rappelé que trois attentats, à savoir « l'attaque devant les anciens locaux de Charlie, l'assassinat de Samuel Paty, et l'attentat de la basilique de Nice », avaient récemment frappé le sol français. Il a également souligné la présence d’« une menace très endogène, avec des gens capables de prendre une voiture et de semer la terreur dans les rues de Nice ou Paris ».

Lire aussi : Enseignant décapité en France : Un parent d’élève algérien en garde à vue