Deux individus ont été arrêtés et mis en examen pour tentative d’enlèvement et de viol sur mineurs dans le nord l’Algérie. Les faits remontent à la fin de la semaine écoulée, dans la localité de Tafraout, au sud-est de la ville de Médéa. Les deux hommes sont suspectés de « tentative de viol, agressions sexuelles sur mineurs et corruption de mineurs », a indiqué, samedi 31 octobre, le journal arabophone Echorouk.

Selon la même source, les mis en cause auraient enlevé les deux mineurs et les ont conduits dans un endroit éloigné pour les agresser. C’est suite à une alerte lancée par un citoyen que les éléments de la brigade de la gendarmerie sont intervenus pour sauver les deux mineurs.

Les deux agresseurs ont été placés en garde à vue en attente de leur comparution devant le juge. Les victimes ont été libérées et rendues à leurs familles. Il importe de souligner qu’en Algérie, les violences à l’égard des enfants et des femmes continuent de prendre de l’ampleur.

Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et du développement de la recherche (FOREM), le Pr Mustapha Khiati, a appelé à l’application de la peine de mort en Algérie contre les auteurs de viols, kidnappings et assassinats d’enfants.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

Intervenant sur la thématique de la violence faite aux enfants et les actions adoptées pour la prévenir et la combattre, le Pr Mustapha Khiati a déclaré publiquement être favorable à l’application de la peine de mort en Algérie en cas d’enlèvement, de séquestration, de viol sur mineurs et de meurtre.

Le président de la FOREM a précisé que “l’Algérie fait face à une situation sociale très critique”. Durant les 20 dernières années, le pays a fait face en moyenne “à deux kidnappings par an”. Pour Mustapha Khiati, “il y a un problème réel, puisque dans d’autres pays, ce sont des cas exceptionnels, qui se voient tous les cinq à dix ans ».

Lire aussi : Algérie : Une femme assassinée et brûlée vive dans une forêt à Sétif