Deux anciens ministres détenus au niveau de la prison d'El Harrach à Alger sont contaminés au coronavirus. Il s'agit selon le journal Le Soir d'Algérie qui a rapporté l'information ce mardi 3 novembre 2020 de Djamel Ould Abbes et Mohamed El Ghazi.

La contamination de l'ancien ministre de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbes a été confirmée par son avocat Me Farouk Ksentini.  "Nous avons effectivement appris la mauvaise nouvelle. Elle ne m’étonne pas outre mesure, car les prisons sont des espaces clos qui favorisent une circulation rapide du virus, surtout en ces moments où l’on observe une nette augmentation des cas un peu partout" a indiqué l'avocat.

Il a ajouté que "c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles nous avons appelé à plusieurs reprises à la mise en liberté provisoire des détenus en général. J’ai demandé à deux reprises la libération provisoire de mon client qui, je vous le rappelle, est âgé de 87 ans". "Étant atteint de maladies chroniques, il craignait très fortement d’être atteint, malheureusement, c’est arrivé", a-t-il fait savoir.

Trois autres cas recensés

Djamel Ould Abbas et Mohamed El Ghazi sont confinés au niveau de l'infirmerie de la prison d'El Harrach où ils sont "parfaitement" pris en charge, à l'instar des autres détenus atteints par la même maladie, a indiqué la même avocat. En fait, selon le même média, trois autres cas positifs au coronavirus dont l'identité n'a pas été révélée y ont été recensés.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Ce n'est pas la première fois que des anciens hauts responsables de l'Etat sont atteints du covid-19 dans le pénitencier d'El Harrach. Au mois de juillet dernier, les deux ex-Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont été testés positifs.

Ils ont d'ailleurs séjourné pendant plusieurs jours à l'hôpital Mustapha Pacha à Alger. Amara Benyounes et Youcef Yousfi, anciens ministres de Abdelaziz Bouteflika, ont été également contaminés. De même que le général à la retraite et candidat à la présidentielle avortée d’avril 2019 Ali Ghediri.