L’Algérie a enregistré une hausse importante du nombre de personnes infectées par le coronavirus. Lors des dernières 24 heures, le ministère de la Santé a recensé pas moins de 405 nouveaux cas de contamination à la Covid-19 en ce mardi 3 novembre 2020. Il s’agit du bilan le plus lourd enregistré en Algérie depuis le mois d'août.

La tendance haussière des chiffres du coronavirus se confirme en Algérie avec l’enregistrement de 405 nouveaux cas positifs. Il s’agit du bilan le plus lourd enregistré depuis le 21 août dernier (411 contaminations). Ainsi, avec ces nouvelles contaminations recensées ces dernières 24 heures, le bilan total s’élève désormais à 58 979 contaminations enregistrées depuis le début de la pandémie en Algérie, soit à la fin du mois de février.

Concernant les décès, Djamel Fourar, le porte-parole du comité scientifique, a fait savoir que le virus a tué neuf nouveaux patients au cours des dernières 24 heures. Ce qui porte à 1 990 le total des décès liés à la pandémie de coronavirus en Algérie.

L’Algérie vit une deuxième vague de contaminations

Dans un entretien accordé au quotidien arabophone El Khabar,  le Pr Amar Tebaïbia, chef de service de médecine interne à l’EPH de Birtraria qui prend en charge les cas de covid-19, a indiqué que l’Algérie vivait une seconde vague de contaminations au coronavirus. Et ce, contrairement à ce que pensent les responsables, notamment le ministre de la Santé et les membres du Comité scientifique de suivi de la pandémie.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Le spécialiste explique l’apparition de cette deuxième vague par la baisse des températures avec l’avènement de l’automne. Il considère également que le non-respect des mesures préventives sont derrière la hausse des contaminations en Algérie. Pour lui, il s’agit d’une inconscience chez la population. “Il suffit de déambuler dans les quartiers de la capitale pour constater l’indifférence vis-à-vis des mesures de distanciation et du port du masque de protection, sans oublier les rassemblements que l’on voit ici et là”, regrette le Pr Amar Tebaïbia.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : « Les cas graves de contamination en hausse », selon un spécialiste