Le président Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi 5 novembre 2020 que la France va renforcer le contrôle au niveau des frontières. Une mesure destinée à lutter contre l'immigration clandestine et le terrorisme dans le pays. 

La France est depuis quelques jours la cible de plusieurs attentats et tentatives d’attentats terroristes. Le dernier en date est celui dont a été le théâtre une église à Nice qui a fait trois morts. L'attaque, oeuvre d'un ressortissant tunisien, n'a pas été sans suite.

Des mesures ont été en effet prises par le gouvernement français pour lutter contre le terrorisme et l'immigration clandestine. Dans ce cadre, le président Emmanuel Macron a annoncé jeudi 5 novembre 2020 que son pays va procéder à un doublement des forces contrôlant les frontières de la France. Ces forces passeront ainsi de 2400 à 4800 agents. Cette décision a été entérinée « en raison de l'intensification de la menace », a déclaré Macron.

Pour la refonte en profondeur de Schengen

A long terme, le président français s'est dit favorable à "la refonte en profondeur des règles de circulation dans l'espace Schengen. Il a annoncé dans ce sillage qu'il compte saisir le Conseil européen sur le sujet le mois de décembre prochain. "Je porterai en ce sens des premières propositions au Conseil européen de décembre" a-t-il fait savoir.

À lire aussi :  ASL Airlines lance une promotion d'hiver sur ses vols vers l'Algérie

Macron ne précise cependant pas le contenu de ses propositions. Il affirme toutefois que cette refonte vise à «repenser l'organisation» de Schengen. Elle est également destinée, a-t-il dit, à « intensifier notre protection commune aux frontières avec une véritable police de sécurité aux frontières extérieures », a-t-il ajouté. « La France est un des principaux pays d'arrivée d'immigration secondaire », a-t-il soutenu.

Il est à rappeler que le ministre des Affaires étrangères français, Jean Yves Le Drian, s'est également exprimé ce jeudi sur le sujet relatif à l'immigration et le terrorisme. Ce dernier a déclaré à l'occasion qu'il ne faisait pas de lien entre les deux phénomènes. Ce qui va, en quelque sorte, à l'encontre des déclarations du président Macron.