Atteint d’une grave tumeur de la face, le journaliste Mohand Arezki Boumendil a lancé un SOS à la communauté algérienne. Hospitalisé depuis le mois d’octobre dernier à l’hôpital d’Amiens, en France, il appelle la communauté algérienne à lui venir en aide pour prendre en charge les frais de ses soins, indique, ce lundi 9 novembre, le média francophone El Watan.

« Après avoir constaté l’incapacité objective de l’hôpital public algérien et des cliniques privées nationales de prendre en charge une opération chirurgicale particulièrement lourde, sensible et compliquée, j’ai entamé les démarches pour venir en France.

Je suis hospitalisé depuis le 16 octobre à l’hôpital d’Amiens en France, sans la moindre couverture sociale, attendant des soins longs, difficiles et très onéreux, que ne peuvent prendre en charge, à eux seuls, mes maigres moyens et ceux de ma famille », a-t-il écrit dans un courriel adressé à la rédaction du média algérien.

Une cagnotte de soutien au journaliste algérien

Pour être admis dans un hôpital français, Mohand Arezki Boumendil était obligé de réunir une somme conséquente, collectée avec l'aide de son entourage. « Pour l’heure, les frais occasionnés par l’opération de transfert, le payement d’une partie des frais d’hôpital ainsi que ceux induits par l’approche exploratoire et les premiers soins entrepris en Algérie avoisinent les 20 000 euros et les six (6) millions de dinars, entièrement pris en charge par moi-même, en particulier grâce à la solidarité spontanée et massive de ma famille, dans le large sens du terme », explique-t-il.

Ne pouvant, donc, faire face seul à toutes les dépenses que nécessite son traitement, le journaliste algérien hospitalisé en France s'en remet aux âmes charitables. Selon le même courriel, une cagnotte pour aider Boumendil Mohand Arezki (Leetchi.com) sera disponible pendant vingt jours à partir de ce lundi 9 novembre.

Lire aussi : France : Le calvaire d'une famille algérienne pour soigner son enfant