Des centaines de ressortissants étrangers, dont des Algériens, sont victimes d'une injustice en France. Depuis le tout début du confinement, en mars dernier, ils sont dans l’incapacité d'obtenir un visa dans le cadre du regroupement familial. La procédure serait gelée sans explication.

Selon le journal français Libération, dans son édition de lundi 9 novembre, des centaines de ressortissants étrangers en France attendent toujours une solution à leur cas. Ils ont tous reçu une réponse favorable en préfecture pour un regroupement familial. Cependant, à ce jour, ils n'ont reçu aucune explication à cette situation.

Ces ressortissants étrangers dénoncent une injustice de la part des autorités françaises. Les requérants ont fait une demande d’accès au regroupement familial ces derniers mois. Ils ont obtenu une réponse favorable. Toutefois, il leur est impossible de faire appliquer cette décision.

Résultat : plusieurs familles, bien qu'autorisées à rejoindre la France, restent bloquées au pays, sans aucune forme d’explication. Cette procédure qui permet à un étranger de demander à être rejoint en France par son époux(se) et ses enfants sous conditions strictes, serait d’ailleurs gelée.

Le député Hubert Julien-Laferrière a dénoncé, jeudi, la suspension temporaire de la délivrance de visas pour les bénéficiaires du regroupement familial en France. Le porte-parole du groupe Écologie démocratie solidarité s’est insurgé contre ces entraves administratives et demande la levée du gel de la délivrance des visas D pour cette catégorie, évoquant “une situation inacceptable“.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Le député de la 2e circonscription du Rhône dénonce aussi le fait que « depuis le début de la pandémie, la France a gelé la délivrance des visas au titre du regroupement familial dans certains pays, alors même qu’elle continue la délivrance des visas pour les conjoints de Français, les étudiants ainsi que pour les travailleurs dans ces mêmes pays ».

Lire aussi : Regroupement familial pour les Algériens en France : La procédure sera-t-elle suspendue ?