Il y a de sérieux doutes sur la fiabilité du bilan quotidien présenté par le ministère de la Santé autour du nombre de cas de contamination au coronavirus en Algérie. En effet, les Algériens ne croient pas aux chiffres présentés par le Comité de suivi de la pandémie, mais ce n'est pas tout le monde qui soupçonne une mauvaise foi chez les responsables de la santé publique.

En effet, le bilan de 910 cas de contamination au coronavirus enregistré lundi 16 novembre peut paraître inquiétant. Surtout que c'est la première fois que l'Algérie enregistre un tel bilan quotidien. Mais beaucoup considèrent que les chiffres présentés par le Comité de suivi de la pandémie et son porte-parole Djamel Fourar sont loin de la réalité.

Et les propos du professeur Reda Djidjik, chef du service immunologie médicale du CHU de Beni Messous, à Alger, sont venus seulement confirmer les doutes de millions d'Algériens. En effet, dans un entretien avec le site francophone TSA, Reda Djidjik a affirmé qu'il se pourrait qu'il y ait entre 10 000 et 15 000 contaminations par jour, rien que dans le grand Alger.

Les pharmaciens vendent les traitements anti-covid

Le Pr Djidjik a donné ses chiffres sur la base d'une étude au niveau des 1 000 pharmacies de l'Algérois. Une étude qui examine le nombre de traitements servant contre le covid-19, c'est-à-dire l'azithromycine, la vitamine C et le zinc.

À lire aussi :  Le Maroc demande à Adidas de retirer le nouveau maillot de l'Équipe d'Algérie

Il précise cependant que les responsables de la santé n'ont pas menti sur les chiffres. Ils n'ont pas caché la vérité non plus sur les contaminations quotidiennes. Pour lui, il s'agit des chiffres qui émanent du nombre des tests PCR faits. "Malheureusement, nous ne sommes pas arrivés à faire des PCR en grande quantité", explique-t-il.

Les malades ne consultent pas

Aussi, les Algériens observent tous les jours l'attitude de leurs voisins, leurs collègues ou même les membres de leurs propres familles. De nombreux citoyens enregistrent effectivement certains symptômes du covid-19, mais ils ne jugent pas utile d'aller consulter des médecins ou se rendre dans un établissement de santé.

En fait, quand une famille enregistre un cas de covid-19 parmi ses membres, tous les autres s'adonnent à l'auto-médication. Ils ne consultent pas de médecins, donc, ils ne sont pas enregistrés comme des cas de contamination. Voilà pourquoi les chiffres présentés par le Comité du Pr Fourar ne sont pas très fiables. Et que le bilan des contaminations en Algérie est tout simplement faux.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Il n’y a pas de manipulation des statistiques, dit le ministre