Depuis la fermeture des frontières de l’Algérie pour cause de coronavirus, plusieurs centaines d’Algériens sont restés bloqués à l’étranger. Pour l’heure, aucun signe n’indique une réouverture éventuelle des frontières. De nombreuses familles déchirées racontent leur détresse sur les réseaux sociaux et les médias.

Selon la même source, aucun signe avant-coureur n’indique la réouverture des frontières fermées depuis près de neuf mois à cause de la crise sanitaire. A cette incertitude s’ajoute la recrudescence alarmante des cas de contamination recensés. En effet, la situation sanitaire s’est nettement dégradée ces derniers jours en Algérie, mais aussi dans de nombreux pays européens.

"Je n'ai pas vu ma mère avant son décès..."

Des milliers d’Algériens bloqués à l’étranger ont décidé de raconter la détresse dans laquelle ils se trouvent. Ils font face à de nombreuses interrogations : «Ne peut-on pas autoriser ces citoyens à rentrer chez eux en leur exigeant un test PCR et même un confinement à leurs frais ?». Des questionnements qui demeurent sans réponse.

Anissa une jeune algérienne bloquée à l’étranger partage un témoignage des plus poignants sur les colonnes du quotidien francophone El Watan. « J’ai envoyé des fax aux ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères, plus mails et appels à l’ambassade et au consulat, avec le dossier de ma maman très malade que je voulais voir. Elle est décédée la semaine dernière, Allah yerhamha, j’ai fait cette fois la démarche avec le certificat de décès et aucune réponse non plus », a-t-elle raconté avec beaucoup d'amertume.

Pour Anissa, « fermer les frontières comme ça plusieurs mois c’est inhumain, ma maman se portait bien avant la fermeture des frontières, elle est tombée malade il y a quelques mois, et maintenant, elle est décédée et je pense que des milliers d’Algériens vivent des épreuves aussi difficiles ».

Des familles déchirées...

De son côté, une autre Algérienne nommée Meriem a écrit un message sur Facebook pour demander le rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger : « Nous déprimons, rapatriez-nous, on a besoin de revoir nos maris qui se retrouvent seuls et on n’en peut plus moralement, sans ressources, on ne veut plus dépendre des autres », a-t-elle affirmé.

Karim est en France où il vit seul. « Mes parents, ma famille et tous les miens sont là-bas, ma vie est en Algérie, je n’ai fait aucune démarche car j’estime qu’il y a des gens prioritaires. El khoubza m’a amené ici, mais j’ai l’impression d’être un Algérien de seconde zone ou puni » déplore-t-il.

A noter qu’au ministère des Affaires étrangères, aucune nouvelle opération de rapatriement n’est annoncée officiellement. Cependant, certaines sources médiatiques affirment qu’une autre opération de rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger sera organisée dans les prochains jours.

Lire aussi : Nouvelle opération de rapatriement des Algériens bloqués à l'étranger