Un parlementaire algérien a affirmé que l'Algérie avait acquis dernièrement des équipements américains et des réactifs pour effectuer des tests de Covid-19. Il s'agit du député de l'immigration Noreddine Belmeddah pour qui cette nouvelle augure la reprise des vols. 

L'Algérie se prépare-t-elle pour la réouverture de ses frontières et la reprise des liaisons aériennes ? Pour le député Noreddine Belmeddah, cette option est plausible. Il a rapporté, mercredi 18 novembre sur sa page Facebook, que l'Algérie avait importé des Etats-Unis des équipements pour effectuer des tests de Covid-19. Selon lui, l'Algérie a également acquis des réactifs nécessaires pour réaliser ces tests.

Pour Norddine Belmeddah, ces acquisitions sont des indices d'une réouverture prochaine des frontières et du rétablissement des liaisons aériennes et maritimes. Pour rappel, les frontières algériennes sont fermées depuis le mois de mars dernier à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus. Cette situation a d’ailleurs durement impacté la compagnie nationale de navigation aérienne, Air Algérie, qui enregistre un déficit financier énorme.

"Brin d'espoir"

La direction de cette entreprise envisage d'ailleurs de réduire les salaires de son personnel pour s'offrir une bouffée d'oxygène face à l’asphyxie financière à laquelle elle fait face. Une proposition, cependant, loin de susciter l'approbation de ses partenaires sociaux.

À lire aussi :  Patrick Bruel, le fils prodigue de Tlemcen, de retour en Algérie 60 ans plus tard

Dans un autre registre, la fermeture des frontières et la suspension des vols ont fait que des centaines d'Algériens se sont retrouvés bloqués dans différents pays étrangers. Le gouvernement a initié plusieurs opérations de rapatriement qui se sont avérées, néanmoins, insuffisantes pour évacuer tout le monde. Les ressortissants toujours coincés à l'étranger multiplient les appels pour leur rapatriement.