Les Français sont-ils contre la procédure du regroupement familial en France ? Selon un sondage réalisé par l’Institut français d'opinion publique (Ifop), en partenariat avec Le Figaro, 55% des sondés se disent favorables à la suppression du regroupement familial. La plupart des personnes interrogées rejettent la politique migratoire de la France.

Le sondage de l’Ifop met en avant un rejet de la politique migratoire française très majoritaire. Cette étude a été menée les 22 et 23 janvier 2020 auprès d’un échantillon de 1 008 personnes, âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population française. Plus de la moitié (55% des sondés) se dits favorables à la suppression du regroupement familial, un chiffre inférieur de 5 points par rapport au sondage de 2016.

Pour rappel, le regroupement familial permet, depuis 1976, à un ressortissant étranger non-européen titulaire d'une carte de séjour de faire venir en France son conjoint et ses enfants sous condition de ressources et de logement.

Par ailleurs, 58% des personnes interrogées se disent en faveur de l'instauration du droit du sang à la place du droit du sol. Le droit du sol consiste en l’acquisition automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers. 78% des sondés considèrent qu'il faut passer d’une immigration « subie » à une immigration « choisie» . Seulement 37% estiment que l’immigration est une chance pour la France et 32% jugent que les pouvoirs publics luttent efficacement contre l’immigration clandestine.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

Pour rappel, l’ancienne ministre française Rachida Dati a appelé, en octobre dernier, dans un entretien au Figaro, à supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage. Pour Rachida Dati, la France doit envisager « une autre politique de peuplement, notamment dans le parc social, et assumer aussi de fermer le robinet des arrivées en France ». Elle estime que la situation migratoire en France a été aggravée « par une politique de regroupement familial non maîtrisée ».