Le vaccin anti-covid 19 est attendu en Algérie au premier trimestre de l'année 2021. C'est ce qu'a révélé mardi 24 novembre 2020 un membre du Comité scientifique de suivi du coronavirus en Algérie.

L'information est officielle en Algérie. Le tant attendu vaccin anti-coronavirus sera importé dès le début de l'année prochaine. C'est ce qu'a affirmé, mardi 24 novembre, le docteur Elias Ag Bey Akhamouk, membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus.

Dans une publication sur sa page Facebook, le Dr Akhamouk a en effet indiqué que l'Algérie acquerra ce fameux vaccin au premier trimestre de l'année 2021. Il a souligné qu'actuellement, le Comité scientifique étudie les différentes offres mises à la disposition de l'Algérie.

Dans un entretien accordé le 23 novembre au site électronique TSA, le même docteur a indiqué que "des laboratoires ont présenté aux membres du comité scientifique leurs candidats-vaccins ; au comité, on est en train de choisir le plus adapté pour nos concitoyens, qui soit le plus efficace et le plus sûr". Il précisera cependant que "devant l’urgence mondiale, on a peu de recul pour évaluer réellement les effets secondaires".

Le Comité scientifique a discuté avec trois laboratoires

Il a précisé que le Comité scientifique avait reçu les laboratoires Johnson & Johnson (Etats-Unis), Pfizer (Etats-Unis) et AstraZeneca (anglo-suédois). "Nous les avons reçus et ils nous ont fait une présentation scientifique de leurs candidats-vaccins. Pour notre part, on attend que tous les laboratoires présentent tous leurs vaccins pour en discuter au sein du comité pour trancher sur le vaccin qui soit le plus efficace et le plus sûr et le plus adapté à l’Algérie", a-t-il déclaré.

Le docteur Elias Ag Bey Akhamouk n'écarte d'ailleurs pas l'éventualité d'acquisition de plus d'un vaccin. "La décision n’a pas encore été prise pour l’achat d’un ou de plusieurs vaccins…" a-t-il révélé en effet. Effectivement, pour faciliter l'accès au vaccin pour les Algériens, les autorités sanitaires pourraient opter pour deux ou trois vaccins différents si leur efficacité serait avérée.

Possibilité d’acquérir plus d'un vaccin

De son côté, le ministre  de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a affirmé lundi 23 novembre qu’il était « difficile » de choisir le vaccin contre le coronavirus que l’Algérie devrait acquérir, étant donné que pas moins de six vaccins sont en phase III des essais cliniques et peuvent être approuvés par l’OMS. Il a indiqué que les spécialistes allaient s’appuyer sur plusieurs critères, afin de choisir l’un des vaccins.