Après quatorze années de service dans le Val-de-Marne, un imam d'origine africaine a décidé de mettre fin à ses fonctions en signe de protestation contre le monopole de la religion musulmane en France par « les réseaux algériens et marocains ». Dans une lettre ouverte, il détaille les raisons de sa décision. 

Dans sa correspondance, Mohamed Bajrafil a longuement dénoncé la pression de « l’islam de France » ainsi que l'« emprise qu'exercent les réseaux algériens et marocains » en France. A cause de cette « forte pression », l'imam, âgé de 42 ans, a décidé de jeter l'éponge après quatorze années de service dans le Val-de-Marne.

Dans sa lettre, celui qui a été imam d’Ivry-sur-Seine Val-de-Marne pendant plus d'une décennie explique qu'il en a sa « dose », dénonçant des « calomnies, le féodalisme, les occasions manquées » mais surtout la pression qui existe autour de « l’islam de France ».

Mohamed Bajrafil, qui se décrit comme un « imam libre » et indépendant, proteste contre « l’emprise des réseaux algériens et marocains, puis turcs récemment, sur l’islam de France et le rôle joué auprès des imams ». Selon cet imam né aux Comores, en 1978, les « Subsahariens sont marginalisés » de la représentativité des musulmans de France.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

« Au nom de quoi ça doit être un Algérien ou un Marocain qui dirige le CFCM ? Macron laisse l’islam au bled. Dans ces conditions, parler d’islam de France, c’est une foutaise, un oxymore », s'indigne-t-il. Et de s'interroger : « Qui est-ce qui va me labelliser ? Des guignols ? C’est non […] Mais à qui confie-t-on les rênes d’un conseil des imams ? A des représentants de l’islam consulaires ! ».

Lire aussi : Réseau pédopornographique en France : Un imam algérien interpellé