Ce jeudi 3 décembre, le ministre de l'Industrie, Ferhat Aït Ali, s'est exprimé sur la nouvelle crise qui secoue l’Entreprise nationale des industries électroménagères (ENIEM). Le responsable, dont les propos ont été rapportés par le journal arabophone Echorouk, pointe du doigt la gestion de l'entreprise.

Le ministre estime que l'ENIEM a consommé des milliards de centimes pour rien. Pour lui, « il est inconcevable qu'une entreprise productrice ne génère pas de bénéfices ». Cependant, l’Entreprise nationale des industries électroménagères, qui emploie près de 1700 travailleurs, ne sera pas abandonnée par les pouvoirs publics, selon le responsable.

« L'ENIEM est actuellement en déficit en attendant de la relancer grâce aux crédits bancaires si les banques acceptent », a assuré Ferhat Aït Ali. Ce dernier n'a, toutefois, pas épargné ceux qui soutiennent cette entreprise qui a « dévoré des milliards sans pouvoir générer des rentes ». « Cela n'est pas normal et pas du tout logique ! » s'est-il exclamé.

Une délégation ministérielle sur le site

Les déclarations de Ferhat Aït Ali interviennent au lendemain de la visite d'une délégation relevant du ministère de l'Industrie sur le site de l'entreprise, à Oued Aïssi, dans la wilaya de Tizi Ouzou (Kabylie). Une sortie durant laquelle ladite délégation s'est entretenue avec les différents acteurs activant au sein de cette société, jadis fleuron de l'industrie nationale.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

Pour rappel, l'ENIEM a été contrainte de suspendre sa production pendant un mois en raison de la crise financière et faute d’approvisionnements en matière première. L’entreprise est donc à l'arrêt depuis mardi 1er décembre.

La décision a été motivée par « la persistance du blocage de la banque pour l’octroi des crédits nécessaires pour le financement des approvisionnements, la rupture des stocks des matières premières entraînant de fait l’arrêt de la production et l’abrogation de la production de l’électroménager à partir de collections CKD », avait expliqué la direction de l’entreprise dans un communiqué.