Le sénateur français Damien Regnard est monté au créneau pour réclamer le remboursement des billets d'avion non utilisés. Dans un entretien au site Air Mag, il réclame des sanctions contre les compagnies aériennes récalcitrantes, citant Air Algérie et Tunisair, et menace de saisir la Commission européenne à cet effet. 

« Je trouve cette situation injuste de la part des transporteurs. Ils ont agi à très court terme. Nous savons très bien que certaines compagnies ne respectent pas le règlement européen, comme Tunisair et Air Algérie », a-t-il indiqué. Le sénateur est allé plus loin en réclamant des sanctions à l'encontre des compagnies, dont Air Algérie, qui s'entêtent à ne pas rembourser leurs clients.

« Je demanderai que ces compagnies soient sanctionnées d'une manière ou d'une autre », a-t-il averti, ajoutant que les transporteurs aériens qui « ne jouent pas le jeu » doivent être mis « devant leurs responsabilités ». Pour lui, « il faut mettre les compagnies face au mur », suggérant de « les contraindre à payer dans un délai défini, quitte à échelonner ».

« Il faut mettre les compagnies face au mur »

Le même sénateur tient à préciser, cependant, qu'il n'a « rien contre les compagnies aériennes ». « Elles sont gravement touchées par la crise », convient-il. Mais il rappelle qu'« il y a des limites à ne pas dépasser, rien que par respect pour la clientèle ».

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Damien Regnard, qui a déjà saisi le ministre français des Transports sur la question, ne compte pas faire machine arrière. Il promet de porter le dossier aux plus hautes instances de son pays pour faire pression sur ces compagnies. « Si la réponse est sous influence, pour reprendre vos termes, nous irons au niveau européen directement », a-t-il menacé. « Je souhaite un engagement clair de la part des compagnies aériennes pour que les clients, les voyagistes et toute l'industrie puissent récupérer leur argent. Il y a un effet domino désastreux du voyageur aux voyagistes. Toute la filière est impactée », constate-t-il.