L'international algérien Haris Belkebla a confié que l'écart qui lui avait coûté sa place à la dernière CAN-2019, remportée par l'Algérie, l'avait complètement abattu. Le milieu de terrain du Stade Brestois a révélé que son geste obscène lors d'une vidéo en live avait particulièrement fait mal à sa famille, notamment son père qui ne lui a « plus parlé pendant des semaines ».

Après avoir été écarté de l'équipe d'Algérie à la veille de la Coupe d'Afrique des Nations-2019, Haris Belkebla dira avoir vécu des moments difficiles. Dans un entretien accordé au média Vista FR, le milieu de terrain du Stade Brestois a accepté de revenir sur cet épisode compliqué.

« J’étais dans le mal, j’ai pris l’avion tout seul, je ne suis même pas rentré chez moi en arrivant en France. Mes potes sont venus me chercher à l’aéroport car ils savaient que mentalement c'était des moments compliqués », raconte Belkebla.

L'international algérien indique qu'il était passé du rêve de jouer une CAN avec l'Algérie au cauchemar : « J’étais un peu abattu, mon père ne me répondait plus au téléphone, on ne s’est pas parlé pendant des semaines. Il ne voulait rien savoir. Avec le recul, je le comprends totalement », a-t-il confié.

« J'avais déçu ma famille et tout le peuple algérien »

De retour chez lui, Haris Belkebla s'est rendu compte du mal qu'il venait de faire à ses proches. « En arrivant chez moi, c’était compliqué car tu vois que tes parents sont déçus, ta famille et tout le peuple algérien également. J’étais la fierté de ces personnes-là et j’ai tout gâché sur une bêtise. Ne pas jouer la CAN et décevoir tout le monde, c’était dur mentalement », a fait savoir le natif d’Aubervilliers, dans la banlieue parisienne.

Mais malgré tout ce qui lui est arrivé, Haris Belkelba n'a pas perdu espoir. « Je pensais déjà à retrouver ma place en équipe nationale d'Algérie », a-t-il confié. Le joueur algérien n'a pas omis de souligner le rôle important du sélectionneur national, Djamel Belmadi, qui l'a beaucoup aidé dans ces moments là. « Le coach Belmadi a été très important car c’est comme un grand frère pour nous. Il me dit que j’ai fait une bêtise mais il ne m’a jamais fermé la porte », a-t-il ajouté.

Le Brestois sera finalement rappelé en équipe d'Algérie en novembre 2019, à l'occasion des matches de la sélection face à la Zambie et au Botswana, comptant pour les qualifications de la CAN 2021.

 

https://youtu.be/02UNOoLhscI?t=1172

Lire aussi : Equipe d’Algérie: Youcef Belaïli rompt le silence