Pour voyager en France après le rétablissement des liaisons aériennes et maritimes, certaines mesures ont été mises en place pour les pays « écarlate », dont l’Algérie. Bien que le vaccin contre le coronavirus ne sera pas obligatoire pour les Algériens, certaines mesures d’entrée en France seront instaurées, indique, lundi 7 décembre, le média français Le Figaro.

Selon la même source, les vaccins contre le coronavirus ne seront pas obligatoires pour entrer en France. Cela dit, des mesures ont été mises en place pour permettre aux Algériens de voyager en France. Parmi celles-ci, un test négatif au coronavirus. Les passagers algériens seront donc tenus de présenter ce test avant l’embarquement.

Un test négatif au coronavirus établi moins de 72 heures avant l'embarquement

Cependant, le fameux test négatif au coronavirus doit être établi au moins 72 heures avant l'embarquement. En plus de l'Algérie, les pays concernés par ces mesures sont l’Afrique du Sud, le Bahreïn, la Chine, les Émirats arabes unis, l’Equateur, Les Etats-Unis, l’Iran, Israël, le Liban, le Maroc, le Panama, la Russie, la Turquie, l’Ukraine et les Zimbabwe. Des pays classés sur la liste « écarlate » ou « super rouge », c'est-à-dire identifiés comme des zones de circulation active du virus.

Ainsi, à l'instar des Algériens, tous les passagers de ces pays seront tenus de présenter un test négatif au coronavirus datant de moins de 72 heures. Si le voyageur n'a pas en sa possession ce fameux document ou présente un test datant de plus de 72 heures, il se verra refuser l'embarquement par sa compagnie aérienne. Si un laissez-passer est délivré par l'ambassade de France ou un service consulaire dans l'un de ces pays, le passager pourra réaliser le test de dépistage en arrivant à l'aéroport.

Lire aussi : Voyager en France : Nouvelle restriction pour les Algériens