Un ressortissant algérien résidant en France s'est vu refuser la naturalisation pour avoir dépassé le temps légal de travail. Mohammed, âgé de 36 ans, a cumulé plusieurs emplois dépassant ainsi le temps de travail légal qui est fixé à 151 heures par mois. Un temps de travail qui est la cause du refus de l'administration de lui octroyer la nationalité française, rapporte, ce mercredi 9 décembre, la chaîne de télévision française BFMTV.

Arrivé en France en 2007 avec un visa d'études, le jeune Algérien s'est installé avec sa famille à Reims. Il a cumulé près de 250 heures entre son CDI à temps plein et des missions en CDD. Ce temps de travail lui a valu le refus de l'administration de lui octroyer la nationalité française. Choqué par cette décision, Mohammed a affirmé à la chaîne de télévision : "J’ai obtenu des diplômes, en physique et sciences de l’ingénieur, biologie, chimie et santé suivi d’un master 2 en Hygiène-Sécurité-Environnement. Faute de trouver un travail, j’ai mis mes diplômes de côté".

Mohammed explique son cumul de postes d'emploi. "Je voulais garantir une vie meilleure à ma famille. Je me suis dit ‘j’ai du temps donc autant travailler et gagner un peu plus’. Je ne gagnais pas 10 millions. C’est à peine si je dépassais les 2 000 euros". Paradoxalement, pour lui il travaillait beaucoup pour être français. "Je travaille trop pour être français" a-t-il déclaré.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

"On m’aurait dit que j’avais une situation professionnelle instable, j’aurais pu comprendre. Mais on me reproche de trop travailler et ça, je ne le comprends pas" ajoute Mohammed. Le jeune Algérien ne compte pas baisser les bras. Il a décidé d'écrire au président de la République, et ce, en plus d’un recours administratif. Il conclut : "Je crois à la résilience. Jamais je ne baisserai les bras".

Lire aussi : Obtenir la nationalité française par mariage : Rachida Dati veut supprimer la procédure