Les conséquences de la pandémie de coronavirus sont désastreuses sur les différents secteurs de l’économie nationale, dont le tourisme. Ce secteur est même l’un des plus touchés par la crise sanitaire. En effet, Cherif Menacer, secrétaire général adjoint du Syndicat national des agences de voyages (SNAV) a affirmé, samedi 12 décembre, que 2000 agences ont déposé le bilan.

Ainsi, le secteur du tourisme et des voyages n'arrive pas à voir le bout du tunnel. Pas moins de 2 000 agences,  sur les 3 400 activant sur le territoire national, ont mis la clé sous la porte, selon le syndicaliste. Cherif Menacer explique que ces faillites sont essentiellement dues à l’arrêt de l’activité touristique ainsi qu'aux contraintes liées à la location des bureaux pendant 10 mois.

Le secrétaire général adjoint du Syndicat national des agences de voyages a appelé les autorités à prendre des mesures pour sauver le secteur. Il préconise de déclarer le secteur sinistré et d'allouer des aides financières aux milliers d'employés du secteur. Il affirme que ces derniers n'ont bénéficié que d'une aide de 3 millions de centimes, ainsi que d'une autre d'un million, ce qu'il considère comme insuffisant vu la gravité de la situation.

Des milliers de postes d'emploi en danger

Il faut signaler que depuis le début de cette pandémie, le secteur du tourisme en Algérie est paralysé à 100% avec des annulations de billetterie et des forfaits réservations dans l’outgoing et le coming, surtout pour la destination Sahara. Les hôtels peinent à recevoir de la clientèle, ce qui a causé des pertes qui se chiffrent en milliards de dinars.

Cette situation, qui met en danger des milliers d'emplois, ne cesse de s’aggraver, étant donné que les frontières sont toujours fermées et que les mesures contre la pandémie sont contraignantes pour le secteur. Ainsi, en plus des pertes matérielles, plus de 150 000 travailleurs en hébergement et restauration sont mis au chômage technique. Leurs emplois sont en danger aujourd’hui et nécessitent une intervention de l’Etat pour les sauver.

Lire aussi : Coronavirus : Les conséquences désastreuses sur le secteur du tourisme en Algérie