Les avions d'Air Algérie destinées à rapatrier les ressortissants algériens à l'étranger reviennent vides sur le territoire national. C'est ce qu'a affirmé le député de l’émigration Noureddine Belmeddah dans une lettre adressée, lundi 14 décembre, au premier ministre Abdelaziz Djerad. Le député explique cette situation par la lourdeur des procédures de rapatriement. 

Ainsi, le député a interpellé le premier ministre afin de faciliter les procédures pour permettre aux Algériens bloqués à l’étranger de rentrer au pays. Il explique que « la communauté nationale et l’ensemble des personnes bloquées (à l’étranger) attendent avec beaucoup d’impatience des décisions importantes et urgentes de la part du gouvernement afin de faciliter leur retour dans leur pays ».

La lourdeur des procédures devient un véritable blocage pour les ressortissants algériens désirant rentrer au pays. Ils doivent passer par un véritable parcours du combattant. Ils doivent d'abord introduire des demandes d’autorisation de retour au niveau des consulats. Ces derniers transmettent par la suite les listes au ministère des Affaires étrangères à Alger qui les transmet à son tour au ministère de l’Intérieur. Ces listes finalisées sont retransmises aux consulats pour enfin être renvoyées à Air Algérie qui se charge des opérations de rapatriement.

C'est ce processus long que remet en cause le député à l'immigration. Noureddine Belmeddah affirme que «  processus compliqué et long et pas pratique qui a conduit à des situations où des avions d’Air Algérie rentrent à Alger avec un nombre considérable de sièges vides, bien que la demande soit importante ».

À lire aussi :  Rifka et Numidia Lezoul écroués dans l'affaire Future Gate

Le député propose deux solutions

Le député préconise deux solutions. La première serait qu'Air Algérie se saisisse du dossier Ainsi, « le voyageur algérien [doit pouvoir] acheter son billet directement auprès d’Air Algérie, sans inscription préalable, avec la possibilité d’acheter des billets en aller-retour et pas uniquement des billets-retour, avec des tarifs moins exorbitants que ceux pratiqués actuellement ».

Quant à la deuxième proposition serait que l’opération de rapatriement s'étale dans le temps en élargissant les vols à l’ensemble des pays pour permettre aux Algériens qui s’y trouvent de revenir en Algérie.

Lire aussi : Vols de rapatriement d’Air Algérie : Voici les conditions d’embarquement