L’Algérie semble passer à une vitesse supérieure pour l’acquisition du vaccin anti-Covid. Lors du Conseil interministériel tenu lundi 21 décembre, sous la présidence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, il a été exclusivement procédé à l’examen « des voies et moyens permettant l’acquisition du vaccin contre le coronavirus ». 

Selon le communiqué ayant sanctionné cette réunion, à laquelle ont pris part l’ensemble des départements ministériels concernés par le dossier, des instructions ont été données pour tout mettre en œuvre, afin d’importer ce vaccin et débuter la vaccination aussitôt après la réception des premières doses.

« Le Premier ministre a donné les instructions pour engager toutes les mesures et mobiliser les ressources nécessaires pour assurer la disponibilité du vaccin et le lancement de l’opération de vaccination dès le mois de janvier 2021 », peut-on lire dans ledit communiqué. Le même document souligne que « le Comité scientifique a d’ores et déjà arrêté une Short liste des laboratoires développeurs de vaccins et que les contrats sont en cours de finalisation pour les premières livraisons ».

Selon la même source, « il a été décidé la consolidation du dispositif national de vaccination avec son déploiement à travers les structures sanitaires de proximité devant couvrir l’ensemble du territoire national ».

Pour rappel, ce Conseil interministériel fait suite à l’annonce du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, du début de la campagne de vaccination en Algérie au mois de janvier 2021.

« J’ai donné des instructions au Premier ministre pour qu’il préside une réunion avec le Comité scientifique en charge du suivi de la situation sanitaire, pour choisir le vaccin adéquat contre le covid-19 afin de lancer l’opération de vaccination à partir de janvier 2021 », avait fait savoir le chef de l’Etat dans un message sur le réseau social Twitter. Ainsi, les choses semblent s’accélérer en Algérie, qui a prôné jusque-là la prudence en matière du choix du vaccin.