Le tribunal de Sidi M'hamed, à Alger, a convoqué l'ex-ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit pour ce mercredi 23 décembre. Elle devait être entendue par un magistrat instructeur dans le cadre d'une enquête sur une affaire de corruption, selon des sources proches de l'instruction; citées par le site arabophone Ennahar.

Selon les mêmes sources, c'est le juge instructeur spécialisé dans le crime économique et financier qui a entendu l'ex-ministre de l'Education. Elles ne précisent cependant pas dans quelle affaire de corruption Nouria Benghabrit devait être auditionnée. Cela dit, il s'agirait d'un dossier qui concerne la gestion de son département à l'époque où elle présidait à ses destinées.

Aussi, l'on ne sait pas encore si le juge instructeur a interrogé l'ex-ministre de l'Education en tant que témoin ou accusée. C'est de ce statut que l'on pourrait avoir une idée sur la suite des événements dans cette affaire. C'est que s'il s'avère que l'enquête aboutit à son inculpation, son dossier devra être transféré vers la Cour suprême.

Il faut rappeler que seuls des magistrats de la Cour suprême sont habilités à enquêter avec un ministre ou un ex-ministre, conformément à la réglementation en vigueur. Ce sont les seuls donc qui ont le pouvoir de prononcer une mise sous mandat de dépôt ou sous contrôle judiciaire à son encontre.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

La question ne se posera toutefois pas avec acuité si Nouria Benghabrit est entendue en tant que témoin. Parce que dans ce cas, la Cour suprême n'aura aucun rôle dans le dossier et le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger préservera le dossier. Et à ce titre, il poursuivra les personnes inculpées à l'issue de l'enquête.

Lire aussi : Instrumentalisation de la justice : Saïd Bouteflika gravement accusé