L'histoire émouvante d'une maman qui a tenté d’immigrer clandestinement à l’étranger afin de sauver son fils handicapé a fait naître un mouvement de solidarité sur la toile. Originaire de Annaba, une ville portuaire du nord-est de l’Algérie, la mère de famille a tenté de braver le danger dans l'espoir de soigner son fils.

Poussée par le désespoir, cette femme a essayé de franchir illégalement les frontières européennes à bord d’un bateau pour soigner son fils handicapé à l’étranger. Sa tentative d'immigration a été toutefois contrecarrée par les garde-côtes qui l’ont reconduite avec son fils vers leur ville natale. Touchés par leur histoire, beaucoup d'internautes ont témoigné leur soutien à la mère et au fils. Ainsi, de nombreux appels aux bienfaiteurs ont été lancés sur les réseaux sociaux, pour venir en aide à cette mère de famille qui se bat contre vents et marées pour sauver son enfant.

Une opération chirurgicale extrêmement délicate et coûteuse

Les soins que nécessite l’enfant handicapé sont extrêmement délicats et coûteux pour la maman qui ne perçoit que de très faibles revenus. En guise donc de solidarité, de nombreuses pages sur les réseaux sociaux ont ​​lancé des appels aux mécènes, pour aider cette mère à fournir les soins nécessaires à son fils handicapé, qui requiert une opération chirurgicale estimée à plus de 180 millions de dinars.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Ce cas poignant fait écho de nombreuses autres histoires de familles algériennes qui ont tout quitté dans le but de soigner un fils ou une fille atteinte de maladie grave. C’est le cas d’une famille algérienne partie en France pour traiter la maladie de leur fils et qui, en novembre dernier, a témoigné du parcours du combattant qu’elle mène depuis son arrivée sur le territoire français. 

Atteint d’une maladie rare, leur enfant, Nawfel Hatri, âgé de 8 ans, est contraint à un suivi médical à vie en raison d’une malformation de naissance au niveau du tube neural de la colonne vertébrale. Bien que les hôpitaux soient bien équipés, le quotidien de Nawfel est un véritable supplice.

Lire aussi : France : Un père quitte l’Algérie pour soigner son fils et risque de se retrouver à la rue