L'OMS alerte sur l'arrivée de pandémies « pires » que le coronavirus

Le responsable de l'OMS en charge des situations d'urgence, Michael Ryan, a tiré la sonnette d'alarme concernant la situation épidémiologique dans le monde. Il a prévenu, lundi 28 décembre, au nom de l'OMS qu'il fallait se préparer au « pire » dans le futur. 

Ainsi, l'OMS prévient que la pandémie que traverse le monde peut être dépassée en termes d'ampleur par d'autres à l'avenir. La crise induite par le coronavirus, qui a tué plus de 1,7 million de personnes et en a infecté des dizaines de millions d'autres en un an, n'est rien devant ce qu'attend le monde, selon Michael Ryan. Ce dernier lance un avertissement : il est urgent de se préparer « à pire », tout en reconnaissant que « cette pandémie (coronavirus) a été très sévère ».

Il rappelle qu'elle s'est « répandue à travers le monde très rapidement et elle a touché chaque recoin de la planète ». Mais il avertit que ce « n'est pas nécessairement la pire ». Le médecin, qui indique que le coronavirus « se transmet très facilement et tue des gens », souligne que « son taux de mortalité est relativement bas par rapport à d'autres maladies émergentes ». Il lance, dans ce sens, une alerte sur l'urgence de se « préparer à l'avenir à quelque chose qui sera peut-être encore pire ».

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

Alerte sérieuse de l'OMS

De son côté, Bruce Aylward, conseiller auprès de l’OMS, a estimé que « malgré les exploits scientifiques réalisés dans la lutte contre le Covid-19, y compris la création de vaccins efficaces en un temps record, le monde était loin d’être préparé à combattre des futures pandémies ».

Quant au directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, il a affiché plus d'optimisme . Il a affirmé qu'« en termes de prise de conscience, je pense que nous y sommes ». Le directeur de l'OMS a toutefois averti qu'il était temps « d’être vraiment sérieux » et qu'« il va falloir plus d’ambition ».

Lire aussi : Coronavirus : L’OMS lance une nouvelle alerte


Vous aimez cet article ? Partagez !