La Cour de Tipaza a rendu ce jeudi 31 décembre dans l'affaire de Mme Maya, longtemps présentée comme la fille caché du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Nechnache Zoulikha-Chafika a écopé de la peine de 12 ans de prison ferme, assortie d'une amende de 1.2 milliard de centimes. Soit la même peine qu'en première instance au niveau du tribunal de Cheraga.

Aussi, la même institution judiciaire a maintenu la même peine à l'encontre de ses deux filles, Iman et Farah, soit  5 ans de prison ferme et 3 millions de dinars d'amende chacune. Et comme pour leur maman, la justice a aussi décidé de leur saisir tous leurs biens.

En outre, la Cour a reconduit la peine de 10 ans de prison prononcée en première instance contre l'ex-ministre en charge de la réforme du service public, Mohamed El Ghazi. Mais l'ancien ministre des transports et des travaux publics, Abdelghani Zaalane a vu sa peine réduite de 10 à 8 ans, dans le même dossier. Pas de réduction, non plus, de la peine prononcée contre l'ex-Directeur général de la sûreté nationale, Abdelghani Hamel qui écope, comme en première instance, de 10 ans de prison.

Peines confirmées contre Hamel et El Ghazi

Pour rappel, le procès en première instance a eu lieu le 7 octobre 2020 à Cheraga, à Alger. Mis en délibéré, le verdict avait été rendu le 14 octobre. La justice a retenu des accusations aussi nombreuses que graves. On peut citer, entre autres, l'octroi d'avantages indus, l'incitation d'agents publics à octroyer des avantages indus, le blanchiment d'argent, le transfert illicite de devises vers l'étranger et blanchiment d'argent.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Il faut rappeler également qu'à l'issue de ce procès en appel, le procureur général de Tipaza avait requis la peine de 15 ans de prison contre Nechnache Zoulikha-Chafika, ainsi que contre les deux ex-ministres El Ghazi et Zaalane. Aussi, il avait requis la peine de 12 ans contre l'ex-patron de la police nationale Abdelghani Hamel et 10 ans contre les filles de la fameuse Mme Maya.

Lire aussi : Algérie : « Madame Maya » évoque sa relation avec Abdelaziz Bouteflika