L’histoire et la culture juives vont être enseignées du Maroc dès cette année. Les élèves du primaire auront un cours en langue arabe sur l’histoire de la présence juive au Maroc. C’est une première dans le monde dit arabe, où le judaïsme est un sujet tabou rejeté par les gouvernements.

Selon les informations données par l'Agence France-Presse, un chapitre de cet enseignement sera consacré au sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah, dit Mohammed III, qui impulsa au XVIIIe siècle la présence juive dans la ville d'Essaouira, dans le sud du Maroc. Cette ville est devenue depuis la seule cité en terre d'islam comptant une population à majorité juive, avec une trentaine de synagogues.

Le projet de l’introduction de l’identité juive au programme scolaire aurait été décidé par le Maroc avant même la normalisation des relations diplomatiques avec Israël. Selon Fouad Chafiqi, directeur des programmes scolaires au ministère marocain de l’Education, cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme de refonte des manuels scolaires lancé en 2014. Il s’agit de « mettre en avant la diversité identitaire marocaine », souligne-t-il.

Pour Serge Berdugo, le secrétaire général du Conseil de la communauté israélite du royaume, joint par l'Agence France-Presse à Casablanca, « cette introduction est une première dans le monde arabe. Elle fait l'effet d'un tsunami », reconnaît-il.

À lire aussi :  Royaume-Uni : Facilitation de l'expulsion des délinquants étrangers

3 000 juifs toujours au Maroc

Le Maroc reste un cas rare dans le monde dit arabe, dans la mesure où « ce pays n'a jamais effacé sa mémoire juive », comme le précise Zhor Rehihil, conservatrice du Musée du judaïsme marocain à Casablanca. À souligner que la communauté juive au Maroc, qui reste la plus importante d'Afrique du Nord, a crû au cours des siècles, notamment avec l'arrivée des juifs expulsés d'Espagne par les rois catholiques à partir de 1492. Elle a atteint environ 250 000 personnes à la fin des années 1940, soit environ 10% de la population marocaine. Beaucoup de juifs ont quitté le Maroc après la création de l'entité sioniste en 1948, et il en reste environ 3 000.