Après un énième arrêt, l’Entreprise nationale des industries de l'électroménager (ENIEM), sise à Tizi Ouzou, en Kabylie, reprendra ses activités à partir de ce dimanche 3 janvier. C'est ce qu'a indiqué la direction de l'entreprise dans un communiqué rendu public ce samedi et à travers lequel elle a appelé les travailleurs à rejoindre leurs postes. 

« Nous portons à la connaissance de l'ensemble du personnel que la date de reprise de l'activité au sein de l'entreprise est fixée pour le dimanche 03/01/2021 », a indiqué en effet la direction de l'ENIEM. Et d'ajouter : « A cet effet, nous lançons un appel à tous les travailleurs et travailleuses de l'ENIEM afin de rejoindre leurs postes de travail ».

Dans le même document, la direction de l'ENIEM a appelé les employés à « faire preuve de sagesse et de maturité et d'éviter de répondre à toute forme de manipulation et de malveillance (des fois même externe à l'entreprise), source de perturbation, déstabilisation (Sic) ». Les dirigeants de l'ENIEM, à leur tête le directeur Djillali Mouazer, mettent en garde contre ce qu'ils appellent « la voie destructrice prônée par certains individus qui sont à la recherche de leurs propres intérêts en créant un climat de clanisme et de haine à l'intérieur de l'entreprise ».

Les mises en garde de la direction

Par ailleurs, les mêmes responsables ont tenu à rassurer « l'ensemble des travailleurs que la direction a entrepris toutes les actions nécessaires afin de débloquer la situation difficile que traverse l'entreprise actuellement ». Ils affirment que « des garanties ont été données par les pouvoirs publics afin de trouver une solution durable qui garantira la pérennité des emplois au sein de l'entreprise, et ce, dans les meilleurs délais possibles ».

Une bonne nouvelle pour les 1 700 travailleurs de cette entreprise, dont une grande partie a été contrainte au chômage depuis le 1er décembre dernier, après la fermeture de cette entreprise qui fait face à une situation financière compliquée. Il faut rappeler que les travailleurs ont multiplié les actions de rue pour dénoncer cette mesure et exiger la reprise du travail. Face à l'impasse que traverse l'ENIEM, le ministre de l'Industrie avait promis une solution pérenne.