Le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps s'est exprimé pour le première fois sur le cas de Karim Benzema écarté de la sélection depuis 2015. Dans une entrevue avec la chaîne de télévision RTL,  samedi 16 janvier 2021, l’entraîneur des Bleus affirme qu'il tient toujours rancœur à l'attaquant du Real Madrid sur une déclaration l'accusant de racisme.

"Deschamps a cédé à la pression d’une partie raciste de la France". C'est ce qu'a déclaré Karim Benzema pour expliquer son éviction de l'équipe de France. C'était en 2016. Ces propos sont décidément restés en travers de la gorge du sélectionneur français. Plus de quatre ans plus tard, ce dernier "n'a pas oublié et n'oubliera jamais".

C'est en effet ce qu'il a soutenu samedi 16 janvier 2021 au micro de RTL. "C’est une trace. Même si avec le temps ça s’apaise un peu, je ne peux pas oublier. Ce n’est pas lié qu’à Karim Benzema. Il y a des déclarations d’autres personnes aussi qui ont amené à ce fait violent et qui touche à ma famille. Quand ça me concerne sur mes choix de sélectionneur, la tactique, l’aspect technique, ça a lieu d’être et ça n’a pas d’importance. Là, ça franchit la ligne blanche. Ça touche mon nom, ma famille. Pour moi, c’est inacceptable. Tenir certains propos, ça amène forcément à une agressivité verbale ou physique. J’en subis les conséquences. On ne peut pas oublier. Je ne peux pas oublier. Je n’oublierai jamais.", a déclaré Dédier Deschamps.

À lire aussi :  Entre l'Algérie et la France, Yacine Adli a tranché

Un aveu qui en dit long

Pour plus d'un, cela peut expliquer "l'entêtement" de Deschamps à ne plus convoquer Karim Benzema en équipe de France, en dépit des qualités techniques avérées et reconnues du joueur. D'ailleurs, d'anciens internationaux français sont montés au créneau à plusieurs reprises pour réclamer le retour de Benzema en EDF, mais en vain. Deschamps est resté inflexible.

Jusqu'à quand ? Seul l'avenir le dira. Une chose reste cependant sûre ; il va falloir attendre l'après-Deschamp car il reste le maître à bord. Il faut savoir que si Michel Moulin remporte les prochaines élections pour le présidence de la Fédération française de football (FFF), Karim Benzema a de fortes chances de revêtir la tunique bleue. Dans sa campagne, Michel Moulin n'a en effet pas caché son désir de faire revenir l'attaquant madrilène en équipe de France. Va-t-il attendre le départ de Didier Deschamps pour réaliser son vœu ?