Le ministère de l'Industrie a attribué ce lundi 18 janvier des autorisations provisoires à quatre concessionnaires de véhicules neufs, a indiqué un communiqué du même département. Le ministère a annoncé également plusieurs autres décisions relatives à ce dossier.

"Sur avis du comité technique chargé de l'examen et du suivi des dossiers relatifs à l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs, le Ministre de l’Industrie, Monsieur Ferhat Aït Ali Braham a procédé à la signature d'autorisations provisoires pour quatre concessionnaires", peut-on lire dans le communiqué en question.

Le même texte précise en outre que "le comité a notifié des levées de réserves pour quatre autres concessionnaires". Il "a également notifié un avis défavorable pour deux concessionnaires ayant la possibilité de présenter un recours à la commission de recours dans les délais réglementaires".

Pour le ministère de l'Industrie, "cette première partie des dossiers déposés à ce jour, sera suivie d’autres dossiers présentés au Comité, par ordre d’arrivée et selon la catégorie de véhicules au titre desquels la demande est formulée". La même source rassure que les dossiers seront traités "dans les mêmes règles et délais, au fur et à mesure de leur présentation sans autre restriction que la conformité aux lois et règlements".

Le ministère n'est pas habilité à divulguer l'identité des concessionnaires autorisés

Par ailleurs, le département de Ferhat Aït Ali Braham rappelle "que les notifications de décisions sont destinées uniquement aux intéressés et ne sont pas portées à la connaissance du Public, la loi prohibant la publication d’informations d‘ordre professionnel privé, à toute autre partie que celles intéressées par la procédure".

Il explique, à ce titre, que "cette démarche reposant sur la transparence, le droit et l’intérêt de l’économie nationale, est entièrement régie par les dispositions du décret 20-227 publié au journal officiel et accessible à toute personne désirant le consulter." Le ministère affirme que "nul ne saurait déroger" à ces dispositions, et ce, "sous aucun prétexte".

Dans ce sens, le même département a dénoncé "certaines parties, tant internes qu’externes aux intérêts contraires à ceux de l’économie nationale, et contrariées dans leurs démarches passées et projections futures", qui "alimentent une campagne tendancieuse à travers certains médias dans le but vain d’influer sur la démarche du ministère de l’Industrie dans le sens d’une démarche non conforme à la réglementation édictée par les Pouvoirs Publics à cet effet".