Le président de l’enclave espagnole de Melilla Eduardo de Castro indique que l’Espagne est favorable à l’ouverture d’une ligne maritime avec l’Algérie. Il affirme que le ministère espagnol des Affaires étrangères «examine attentivement la proposition de la nouvelle connexion maritime», précisant que les ministères des Finances et de l’Intérieur doivent également donner leurs avis.

Le président de Melilla a révélé que le ministère espagnol des Affaires étrangères «en raison de l'impact important que cela aurait sur l'économie de la ville, le gouvernement de la nation voit d’un bon œil le projet (…) C’est ce que la ministre m’a transmis. Elle s’est engagée à me tenir au courant des travaux à faire dans ce sens », a-t-il annoncé devant le Parlement de Melilla.

Les députés de l’opposition ont demandé au président de Melilla «de faire pression» sur le gouvernement de coalition pour «qu’il accélère les procédures». Néanmoins, Eduardo de Castro souligne qu’ «il existe des problèmes de douane et des permis d'entrée dans le pays via des visas, ainsi que des infrastructures de contrôle des personnes». Ajoutant que «cette question devrait être consultée avec le Maroc et l'Algérie».

A souligner que le projet de liaison maritime entre l’enclave espagnole de Melilla et le port algérien de Ghazaouet a été relancé en novembre dernier. La proposition avait été envoyée par la Confédération des entrepreneurs et le port de Melilla à Eduardo de Castro en vue «d’agir en tant qu'intermédiaire» auprès du gouvernement espagnol.

Des facilitations administratives pour les Algériens

Selon le président de l’Autorité portuaire de Melilla, Victor Gamero, les Algériens pourraient bénéficier de facilitations administratives, pour pouvoir se rendre dans l’enclave. Les touristes algériens n’auront pas à demander un visa d’entrée dans la ville.

Il s’agit de facilités administratives qui devraient être accordées aux touristes algériens similaires à celles dont bénéficient les Marocains des zones frontalières pour entrer à Melilla. C’est-à-dire, une exemption de visa d’entrée dans la ville de Melilla.

Le projet de liaison maritime entre Melilla et l’Algérie ne date pas d’aujourd’hui. Il a déjà été évoqué en octobre 2019, par Youssef Kaddour, le président de la Commission islamique Annour, en réaction à la fermeture de la frontière commerciale du Maroc avec sa ville.