Le processus d’importation de véhicules neufs en Algérie devrait prendre des mois, selon des experts. L’homme d’affaires et président d'« Elsecom Group », Abderrahmane Achaïbou, estime que l’entrée du premier véhicule importé en Algérie ne se ferait pas avant au moins de cinq mois.

Dans une déclaration accordée mardi 19 janvier au site arabophone Echorouk, Abderrahmane Achaïbou affirme que les procédures liées à l'importation des premiers véhicules neufs en Algérie sont longues. Selon lui, les concessionnaires agréés devraient d’abord passer par plusieurs démarches avant de se lancer dans l’importation.

L’homme d’affaires explique que les concessionnaires ayant obtenu des agréments provisoires doivent attendre qu’on leur délivre un agrément définitif, avant que le ministère du Commerce s’assure, pour sa part, de sa conformité au cahier des charges mis en place.

Les concessionnaires pourront ensuite passer leurs commandes auprès des constructeurs étrangers. Les opérateurs devront patienter jusqu’à ce qu’une réponse leur soit donnée avant de compléter les procédures administratives dans le pays exportateur,  pour qu’enfin le premier véhicule soit acheminé vers l’Algérie. Le président d'« Elsecom Group » estime la durée de ce processus à 5 mois minimum.

Pour rappel, le ministère de l’Industrie a attribué, lundi, des autorisations provisoires à quatre concessionnaires de véhicules neufs. Il a également annoncé plusieurs autres décisions relatives à ce dossier. Le comité technique chargé de l’examen et du suivi des dossiers relatifs à l’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs a notifié un avis défavorable pour deux concessionnaires « ayant la possibilité de présenter un recours à la commission de recours dans les délais réglementaires ».

À lire aussi :  Privée du gaz algérien, l'Espagne exhorte la France de revoir sa feuille de route

Les identités des concessionnaires ayant obtenu des autorisations provisoires sont tenues secrètes. Le département ministériel de Ferhat Aït Ali Braham explique « que les notifications de décisions sont destinées uniquement aux intéressés et ne sont pas portées à la connaissance du Public, la loi prohibant la publication d’informations d‘ordre professionnel privé, à toute autre partie que celles intéressées par la procédure ».