Algérie : La date de réception du vaccin d’Oxford annoncée

L’Algérie va importer ses premières doses du vaccin d’Oxford, AstraZeneca, au début du mois prochain. C’est ce qu’a annoncé, ce mercredi 20 janvier, le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus en Algérie.  

Intervenant sur les ondes de la Radio algérienne, le Pr Ryad Mahyaoui a révélé que l'Algérie réceptionnerait ses premiers lots du vaccin d’AstraZeneca au mois de février. Cependant, le nombre des doses qu'acquerra l'Algérie « n’a pas encore été annoncé ». Le vaccin d’AstraZeneca s’ajoute ainsi à la liste des vaccins que devrait recevoir l’Algérie pour mener à bien sa campagne de vaccination contre la Covid-19.

A ce propos, le Pr Mahyaoui explique qu’un seul laboratoire ne pourra pas vacciner à lui seul toute une population. C’est pourquoi, selon lui, les autorités sanitaires du pays ont opté pour les vaccins russe et chinois, mais aussi celui d’Oxford. Le membre du Comité scientifique assure que l’Algérie n’est « ni en avance, ni en retard » par rapport aux accords pour l'acquisition des vaccins. Et au milieu de cette incertitude, estime-t-il, « il vaut mieux être plus prudent et même un peu en retard ». A l'occasion, il a révélé l’Algérie réceptionnerait 500 000 doses du vaccin russe, Spoutnik V, fin janvier.

Société France : Peut-on toucher le RSA en vivant à l'étranger ?

Par ailleurs, le praticien de la santé souligne que le pays a besoin de 40 millions de doses afin de vacciner 70% de la population et briser la chaîne de transmission du virus. Les autorités sanitaires espèrent donc vacciner 20 millions d’Algériens (2 doses par personne). « Nous avons besoin de 40 millions de doses afin de pouvoir vacciner 70 % de la population pour arriver à l’immunité collective », explique Ryad Mahyaoui. Selon lui, les quatre millions de diabétiques et les six millions d’hypertendus que compte l'Algérie sont aussi « des cas urgents » à vacciner.

Lire aussi : Algérie : Ce que l’on sait de l’opération de vaccination contre la Covid-19


Vous aimez cet article ? Partagez !