Le ministre des Travaux publics et ministre par intérim des Transports, Farouk Chiali, a inspecté puis mis en exploitation, samedi 23 janvier, la piste principale de l’aéroport international d’Alger. Les travaux de renforcement et de réparation effectués sur la piste permettront de recevoir les avions gros porteurs.

Grâce à ce nouveau balisage, des avions gros-porteurs tels que l'Airbus A380 et le Boeing 747 dont le tonnage avoisine les 400 tonnes pourront désormais atterrir à l’aéroport international d’Alger. Le balisage lumineux comprenant des feux à LED ainsi que les équipements de contrôle intégrés dans la piste principale assureront un grand confort aux pilotes d'avions et de meilleures conditions de manœuvre.

La rénovation de la piste principale permettra le développement de l'aviation algérienne et de garantir la sécurité ainsi que la possibilité de laisser l'aéroport ouvert, quelles que soient les conditions météorologiques et celles du trafic aérien.

La consistance des travaux comprend la réparation totale de la piste principale, des pistes secondaires pour des taxiways et de deux parkings avions d'une superficie de 16.000 M² et de 9 bretelles d'un linéaire global de 2.000 mètres. Le renforcement de la piste principale devait permettre la mise à niveau de l'infrastructure aéroportuaire conformément aux normes internationales exigées par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OAIC).

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Pour rappel, les travaux du projet de rénovation de la piste principale de l'aéroport international d'Alger, confiés initialement en 2014 à l'entreprise ETRHB-Haddad, avaient accusé un arrêt en raison des procédures de résiliation engagées. Le marché sera repris par Cosider en février 2020, avec un montant estimé à près de 2,6 milliards de dinars.

A souligner que la reprise des vols internationaux et la réouverture des frontières de l’Algérie, fermées depuis le mois de mars 2020 pour endiguer la propagation du coronavirus, ne s’annoncent pas pour demain. Et cela, en dépit du lancement imminent de la campagne de vaccination contre la Covid-19. La fermeture des frontières devrait donc être renforcée pour faire face à l’émergence de nouvelles souches potentiellement plus contagieuses du coronavirus, selon le porte-parole du comité scientifique.