Le décès d’un ressortissant algérien dans une cellule de police à Bruxelles, en Belgique, a fait réagir, ce dimanche 24 janvier, le ministère des Affaires étrangères. Le département de Sabri Boukadoum exige l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de la mort du jeune Algérien.

En effet, le ministère des Affaires étrangères a fait savoir, dans un communiqué publié ce dimanche, qu’il suivait avec un grand intérêt l’affaire du jeune Algérien, âgé d’une trentaine d’années, décédé dans une cellule de police à Bruxelles. Le ressortissant algérien a été retrouvé mort, le 19 janvier, dans un complexe cellulaire partagé par la police de Bruxelles et la police fédérale belge.

De ce fait, le ministère algérien des Affaires étrangères a contacté son homologue belge et le parquet de Bruxelles. Le département de la diplomatie algérienne a exigé que la lumière soit faite sur les circonstances qui ont conduit à cette tragédie. La partie algérienne a exigé également que le rapport de l'enquête menée par le procureur du roi lui soit transmis. Le communiqué a indiqué, par ailleurs, que le ministère apporte tout son soutien et l’assistance nécessaire à la famille du défunt dans cette douloureuse épreuve.

Pour rappel, la police belge a indiqué que le ressortissant algérien avait été interpellé « pour un vol du côté de Laeken », une petite commune relevant de Bruxelles. Cependant, le parquet de Bruxelles n’était pas en mesure d’infirmer ou de confirmer la déclaration de la police. Il a indiqué qu’il s’agissait d’une « interpellation administrative ». Cependant, selon des sources concordantes, l’Algérien était en séjour illégal sur le territoire de la Belgique.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Lire aussi :  Affaire du sans-papiers algérien mort dans un poste de police à Lille : Était-il victime de violences