Le ministre algérien des Travaux publics et ministre des Transports par intérim, Farouk Chiali s’est exprimé une nouvelle fois sur la réouverture des frontières et la reprise des liaisons internationales. Le membre du gouvernement a affirmé lundi 25 janvier, que ces dossiers "sont du ressort exclusif du président de la République".

Interrogé par les membres de la commission de l'APN sur l'ouverture des frontières et la relance des liaisons aériennes et maritimes à l'international, le ministre des Transports par intérim a souligné que ces dossiers étaient "du ressort exclusif du président de la République". Ainsi, la question épineuse de la réouverture des frontières reste suspendue à une décision politique. Elle ne s’annonce pas pour bientôt. Cette décision est du ressort exclusif des hautes autorités de l’Etat.

La semaine dernière, le porte-parole du comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus, Djamel Fourar, a mis en garde contre la réouverture des frontières de l’Algérie. Le scientifique évoque le risque de la propagation de la nouvelle souche de la Covid-19 venant d’Europe.

Djamel Fourar a écarté la possibilité de la réouverture des frontières de l’Algérie en raison du risque de la propagation de la nouvelle souche de la Covid-19. « Si nous rouvrons les frontières, nous risquerons de recevoir le nouveau variant de coronavirus », a-t-il averti.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

La fermeture des frontières demeurera en vigueur en dépit du lancement imminent de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Cette mesure devrait probablement être renforcée pour faire face à l’émergence de nouvelles souches potentiellement plus contagieuses du coronavirus, selon le porte-parole du comité scientifique.

De son côté, le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud a estimé que « la fermeture des frontières a permis à l’Algérie d’endiguer la propagation du coronavirus, contrairement à d’autres pays qui ont tardé à fermer leurs frontières ».