Les nouveaux variants du coronavirus, notamment ceux découverts en Angleterre, en Afrique du sud, au Brésil et en Californie (Etats-Unis), se propagent rapidement à travers plusieurs pays. Ces nouvelles souches, plus contagieuses que la première variante du virus, inquiètent les spécialistes de la santé. En Algérie, les virologues entament le séquençage génomique du virus afin de détecter une éventuelle variante.

En effet, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a entamé, ce mardi 26 janvier, des essais de séquençage génomique du Sars-Cov-2 pour détecter d’éventuels variants du virus. La professeur Salima Bouzeghoub, cheffe du département de virologie de l’IPA, a expliqué, dans une déclaration accordée au quotidien francophone El Watan, que le séquençage est une pratique courante au Laboratoire de référence. « Nous avons les moyens et les compétences pour le faire… C’est un travail de routine à notre niveau », fait-elle savoir. Pour l’instant, aucun cas de la Covid-19 nécessitant un séquençage génomique ne s’est présenté.

De nombreux praticiens de la santé multiplient les appels au séquençage du virus, puisque c’est le moyen le plus efficace pour détecter les nouveaux variants. Cela permettra, selon les spécialistes, d’anticiper et d’éviter une nouvelle vague de la pandémie. En l’absence de cette pratique, les virologues ne peuvent pas savoir si les variantes du pathogène viral « sont entrées en Algérie ou non », explique le Pr. Kamel Bouzid, président de la Société algérienne d’oncologie. « L’Algérie n’est pas à l’abri », a-t-il averti.

À lire aussi :  Classement de Shanghai 2022 : Les universités d'Afrique du Nord absentes

Variantes de la Covid-19 : Que faut-il faire ?

Pour sa part, le Pr. Mustapha Khiati, porte-parole du comité scientifique de suivi de la pandémie se dit « très préoccupé » par les nouveaux variants du coronavirus, notamment la variant anglais. « Il y a possibilité d’importer le variant anglais… les études conduites dans ce pays ont démontré qu’il est plus contagieux et plus mortel », prévient-il.

Donc, pour éviter un scénario catastrophique d’une troisième vague, les spécialistes de la santé appellent à plus de vigilance. Ils recommandent de redéployer la stratégie relative au "tracing" et à l’isolement des cas suspects, et surtout de renforcer le contrôle aux frontières. La mise en place des tests PCR au niveau des aéroports, lors du rapatriement des Algériens depuis l’étranger, a également été évoquée par le Pr. Khiati.

Lire aussi : Algérie : Le grand flou du vaccin contre le Covid-19