L’ancien président de l’USM Alger, Saïd Allik, avait accusé les figures de l’ancien régime d’avoir intervenu auprès de la justice en faveur de l’homme d’affaires Ali Haddad. Aujourd’hui, il semblerait que le président historique du club de Soustara n’a pas commis d’erreur en accusant l’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, d’avoir comploté contre lui.

En effet, Saïd Allik, qui était à la tête du club algérois pendant 18 ans, a déclaré que l’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, a « comploté contre lui » dans l’affaire qui l’opposait à l’homme d’affaires, Ali Haddad. L’emblématique président des "Rouge et Noir" a fait savoir lors de son procès que Ali Haddad, devenu président de la Société sportive de l’équipe de l’USM Alger en 2010, avait exploité illégalement le slogan du club de football « USMA » qui ne faisait pas partie de l’accord de la vente de l’équipe.

En novembre 2017, la Cour d’Alger avait tranché en faveur de Saïd Allik et du club de football amateur de l’USMA. Ali Haddad a été obligé de verser la somme de deux milliards de centimes en faveur du club amateur. Cependant, l’ancien patron du Forum des chefs d’entreprises avait mal digéré ce verdict, ce qui l’a conduit à exploiter ses influences pour trancher en sa faveur. « Le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a utilisé comme d'habitude l'inspecteur général de son ministère dans ce but », selon des sources du quotidien arabophone El Khabar.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Le président de la Cour d’Alger transfère la juge qui a traité l’affaire

Ainsi, le président de la Cour d’Alger a invité la juge de la Chambre commerciale qui traitait le dossier à trouver une solution qui annulerait le verdict. Quelques jours après, cette magistrate a été écartée et transférée comme conseillère à la Chambre administratrice. Elle avait compris plus tard que le président de la Cour subissait des pressions venant du ministère de la Justice.

Selon la même source, le président de la Cour a déclaré avoir pris la décision de transférer la magistrate « par peur de subir le même sort ». Le verdict en faveur de Saïd Allik a été annulé pour « arrêt de non-lieu ». Notons que Ali Haddad, Tayeb Louh et l’ancien président de la Cour d’Alger sont poursuivis dans cette affaire pour plusieurs chefs d’inculpation.

Lire aussi : Algérie : Ali Haddad nie toute relation amicale avec Saïd Bouteflika