L’étudiant Walid Kechida, détenu depuis avril 2020, quittera la prison ce dimanche 31 janvier. Sa peine a été réduite en appel par la Cour de Sétif à un an de prison dont six mois fermes et six mois avec sursis, assorti d'une amende de 30 000 dinars. 

En effet, la Cour de Sétif a condamné, en appel, ce dimanche 31 janvier, l’étudiant Walid Kechida à un an de prison, dont six mois ferme. Sa peine a été assortie d’une amende de 30 000 dinars. Ses avocats ont donc annoncé que le jeune blogueur quittera la prison aujourd'hui après avoir purgé sa peine.

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a rappelé, sur sa page Facebook, que lors du procès en appel qui a eu lieu le 24 janvier dernier, le procureur de la République avait requis la confirmation du verdict prononcé en première instance, à savoir « trois ans de prison ferme assortie d’une amende ». Le blogueur de 25 ans a été inculpé pour « atteinte à un corps constitué », « outrage et offense à la personne du président de la République » et « atteinte à l’entité divine ».

Les avocats de Walid Kechida ont expliqué cette réduction de peine. Pour eux, la Cour de Sétif a relaxé le prévenu de certaines inculpations, dont « atteinte à la personne du président de la République ». Donc, après avoir passé plus de neuf mois en prison et ayant purgé sa peine, le jeune Walid Kechida quittera la prison aujourd’hui.

Pour rappel, Walid Kechida a créé le groupe Facebook « Hirak memes », dans lequel des jeunes internautes partageaient du contenu satirique. Sa condamnation, selon les activistes et les militants, constitue une entrave et une atteinte à la liberté d’expression.

Lire aussi : Algérie : L’activiste Walid Kechida serait atteint d’un trouble psychiatrique (avocat)